RMC Sport

OM : La police à la Commanderie

Le centre d'entraînement de l'OM

Le centre d'entraînement de l'OM - -

Au moins une dizaine de policiers, brassard au bras, sont arrivés ce mercredi matin au centre d'entraînement de l'OM en voitures banalisées. Des perquisitions ont été effectuées dans les bureaux administratifs et sportifs.

Au moins une dizaine de policiers, brassard au bras, sont arrivés au centre d’entraînement de l’OM ce mercredi matin, en voitures banalisées. Selon nos informations, ils ont effectué des perquisitions dans tous les bureaux des bâtiments administratifs et sportifs du club marseillais. Les joueurs ont été informés de cette présence massive au moment où ils se changeaient dans les vestiaires. Du coup, l’entraînement qui devait être ouvert au public s’est déroulé à huis-clos.

« Une enquête préliminaire avait été ouverte le 4 mai 2011 à la suite de renseignements parvenus au parquet de Marseille » explique Jacques Dallest, le procureur de la République. Le dossier marseillais est actuellement entre les mains de deux juges d'instructions, Christophe Perruaux et Thierry Azema, de la JIRS (Juridiction inter-régionale spécialisée en matière de criminalité organisée, de délinquance financière mais aussi pour les affaires où la complexité justifie des investigations importantes). Ce dossier aurait deux volets : l’un en droit commun et l’autre, financier. Une information judiciaire a été ouverte contre X en juillet 2011 pour extorsion en bande organisée et associations de malfaiteurs.

L’OM assure que « la perquisition ne vise pas le club »

« Une perquisition dans les locaux de l’OM a lieu ce mercredi, indique le site officiel du club en ce début d’après-midi. L’objet de l’enquête qui a motivé cette perquisition ne vise pas le club mais s’inscrit dans le cadre d’investigations en cours concernant d’autres dossiers. Le juge et les enquêteurs n’ont pas donné de détails supplémentaires à la direction de l’OM. » L'OM indique par ailleurs qu'aucun membre du club n'a été entendu dans le cadre de ces perquisitions.

Y.P. et J.R.