RMC Sport

OM : Labrune met la pression sur Michel

Vincent Labrune, le président de l'OM

Vincent Labrune, le président de l'OM - AFP

Après la qualification de l’OM pour les demi-finales de la Coupe de France, jeudi soir aux dépens de Granville (0-1), Vincent Labrune a été plutôt caustique avec le niveau de jeu marseillais.

Vincent Labrune assistera-t-il à Caen-Monaco ce vendredi ? Sarcastique jeudi soir après la pénible qualification de son équipe pour les demi-finales de la Coupe de France aux dépens de Granville (0-1), le président de l’OM envisageait de reprendre une place au stade Michel-d'Ornano. "Je pense que je vais revenir demain soir, parce que je n’ai pas vu assez de foot." Le résumé de sa pensée, exprimée de façon humoristique mais claire avec son homologue caennais, Jean-François Fortin, à ses côtés.

« Il n’y a que le résultat qui compte, bien évidemment, soulignait Vincent Labrune. La chose la plus importante, c’est de féliciter l’US Granville qui a fait un grand match, qui a fait honneur à la compétition. Le public a été remarquable. C’est la seule chose qu’il faut retenir ce soir, le public et les joueurs ont été à la hauteur de l’évènement. En ce qui nous concerne, on a des objectifs sur cette fin de saison, il faudra qu’on joue un peu mieux pour les réaliser. » Ou comment mettre un peu plus la pression sur Míchel et ses troupes.

Malgré la qualification, la prestation olympienne remet en effet sur le tapis un sujet de crispations entre Labrune et Míchel. Le président de l'OM considère que l’Espagnol a un effectif largement capable de finir dans les trois ou quatre premiers de Ligue 1. Michel ne le crie pas haut et fort, mais il n'est pas d'accord avec Vincent Labrune. Il estime lui avoir un effectif moyen, trop jeune, et que ce serait presque un exploit de finir 4e comme la saison passée alors que l'OM a perdu Gignac, Payet, Ayew et autres l’été dernier.

Bilbao, le contre-exemple

Jeudi soir, le président marseillais s’est aussi servi du 16e de finale retour de la Ligue Europa sur la pelouse de l’Athletic Bilbao (1-1) pour établir son analyse. Un bon match qui fragilise Míchel, paradoxalement. « Encore une fois, on a du potentiel, on l’a montré à Bilbao la semaine dernière. Quand on fait les matches comme à Bilbao, on peut espérer beaucoup de choses positives. Si on fait les matches de ce soir (jeudi), ce sera le contraire. » Cette position est largement partagée chez les dirigeants de l'OM. La prestation de San Mamès serait la preuve que l'effectif olympien est de qualité et que l'OM ne peut pas se permettre d’être aussi irrégulier, avec en point d'orgue l’absence de victoire à domicile depuis cinq mois et demi.

Avec cette sortie, Vincent Labrune prépare-t-il le terrain pour se séparer de Míchel en fin de saison ? "Pas du tout, cette déclaration s'adressait surtout aux joueurs", a précisé Labrune ce vendredi. C'était pour faire comprendre à tous qu'on a vraiment un coup à jouer en cette fin de saison. Arrêtez de voir le mal partout !"

Míchel, qui avait signé un contrat de deux ans, aimerait continuer l'aventure et vivre une saison entière avec l'OM pour prouver sa valeur. Il a d’ailleurs glissé mercredi qu’il préparait un rapport sur le recrutement de la saison prochaine, pour bientôt rencontrer son président. Labrune, lui, ne semble pas pressé : "Un bilan avec un coach, ça se fait en fin de saison, pas avant." Le classement en Ligue 1 aura forcément son importance au moment d'évoquer l'avenir de Míchel.

la rédaction avec FGe