RMC Sport

OM - Labrune : « On n’a rien volé »

Vincent Labrune

Vincent Labrune - -

Vincent Labrune a dressé le bilan de la saison au terme d’un exercice qui a vu l’OM s’installer à la deuxième place du championnat. Le président du directoire en profite pour dessiner les grandes lignes de la saison prochaine.

Vincent Labrune, quel bilan tirez-vous de cette saison ?

On est très content. On a eu un groupe soudé toute l’année, un staff super. On s’est battu. On savait qu’on avait un coup à jouer. Les joueurs n’ont rien lâché. On est content de cette deuxième place, surtout avec un concurrent qui a des moyens colossaux. Etre vice-champions de France derrière eux, c’est une satisfaction sportive, mais aussi personnelle par rapport aux efforts de gestion effectués depuis 18 mois. Je ne dis pas que le plus dur est derrière nous, mais on peut regarder sereinement l’avenir.

Pourtant les critiques ne vous ont pas épargné…

Il y avait une unité et une cohésion. J’ai été surpris de voir les critiques en début de saison alors qu’en interne, il y avait une joie de vivre, une unité et une ambiance incroyables. Les joueurs ont été parfaits du début à la fin. C’est aussi ce qui a fait notre force. Nous n’avons rien volé à personne. On fait un très beau deuxième du championnat.

Que change la Ligue des champions dans votre budget ?

Ça nous permet d’envisager l’avenir plus sereinement et de renforcer sportivement l’équipe pour s’installer durablement sur le podium avec une concurrence de plus en plus grande en Ligue 1 car en plus du PSG, il y a maintenant Monaco qui arrive avec des moyens importants. Il faudra être bon et malin pour construire une équipe qui fera rêver les Marseillais.

« L’arrivée d’un club étranger en Ligue 1 »

L’objectif est donc à la construction ?

Ce n’est pas un épiphénomène. Je suis président du conseil de surveillance depuis 2008 et, depuis, on a fait cinq Ligue des champions en six ans. L’objectif pour un club comme l’OM est d’être de façon constante et récurrente sur le podium de Ligue 1. On veut consolider notre place avec une concurrence accrue et l’arrivée d’un club étranger en Ligue 1. On ne va pas faire de folies car on ne pas se battre contre les Russes de Monaco et le PSG.

Pas de folies donc ?

La folie doit s’adapter à la concurrence. Quand vous avez deux concurrents qui peuvent mettre 100 ou 150M€ dans un transfert, on ne peut pas s’aligner. On va investir, mais on va surtout, à travers notre état d’esprit, essayer d’être malin. On est motivé pour la suite.

Le titre est-il accessible ?

Sur une saison, quand il y a une équipe qui a le triple du budget, elle doit être championne. Finalement, on se rend compte que cette année, ça n’a pas tenu à grand-chose. Ça a quasiment tenu à la double confrontation. L’idée n’est pas de dire qu’on joue le titre, mais de s’installer sur le podium de la Ligue 1.

Quel est votre regard sur le PSG et le départ d’Ancelotti. Cela prouve-t-il que c’est difficile de construire dans les grands clubs ?

C’est très dur. Je trouve que les dirigeants parisiens ont fait du bon travail en moins de deux ans. Il faut le mettre à leur crédit et au crédit d’Ancelotti qui, à mon sens, est un personnage et un grand entraîneur. Je ne vais pas commenter ce qu’il se passe chez eux, mais je pense que le projet est plus fort que l’homme, quel que soit cet homme.

A lire aussi :

>>> Tout l'actualité marseillaise

>>> Grande journée OM sur RMC et RMC Découverte

>>> Baup va prolonger d'un an

Recueilli par FG à Marseille