RMC Sport

OM: les groupes de supporters réclament encore le départ d'Eyraud

Dans un communiqué commun titré "Eyraud démission", des groupes de supporters de l'OM réclament un club "avec une âme marseillaise" et s'adressent directement à Frank McCourt, pour lui demander de licencier Jacques-Henri Eyraud.

"Eyraud démission!" Difficile de faire plus clair. Dans un communiqué publié ce mercredi soir, au lendemain de la mise à pied à titre conservatoire d’André Villas-Boas, des groupes de supporters marseillais - dont les South Winners, le Commando Ultra 84 et le MTP (Marseille Trop Puissant) - réclament une nouvelle fois le départ de Jacques-Henri Eyraud.

"M. Eyraud, nous ne demandons que l’essentiel : un club avec des valeurs et une âme marseillaise. Vous envisagez l’OM comme une entreprise ? Et bien comportez-vous comme un directeur qui a fait de mauvais choix : assumer vos responsabilités et partez ! Les déclarations que vous avez pu faire ce week-end ont suivi servi à vous mettez encore plus de monde à dos. (…) Pire, vous avez osé critiquer le passé de l’Olympique de Marseille. Plus qu’un bras d’honneur à l’institution OM, vous avez nié sa richesse : son Histoire", déplorent-ils, avant de s’adresser à Frank McCourt, le propriétaire américain du club phocéen.

"Nous regrettons les violences"

"Il n’est pas trop tard pour répondre à ce cri du cœur : changez de direction ! (…) La balle est dans votre camp : à vous de choisir entre passion et incompétence", appuient-ils. Ils reviennent également sur les violents incidents survenus samedi à la Commanderie. Environ 400 supporters marseillais se sont massés devant les grilles du centre d'entraînement et ont immédiatement allumé pétards, feux d'artifice et fumigènes. Certains sont parvenus à entrer dans l'enceinte du centre, y compris dans le bâtiment du groupe professionnel. Ces incidents ont entraîné l'interpellation de 25 personnes et provoqué le report du match de la 22e journée de Ligue 1 entre l’OM et le Stade Rennais prévu au Vélodrome.

"Nous regrettons les violences d’autant que notre action aurait été encore plus forte sans celles-ci. Nous voulions montrer déception et amertume, mais ces deux sentiments ont laissé la place à une colère pour certains", expliquent les groupes de supporters marseillais, qui assurent qu’Alvaro Gonzalez, qui aurait été touché par un projectile, a été "acclamé comme un guerrier, un vrai, avec le tempérament qu’on aime à Marseille".

Les déclarations de McCourt, qui a comparé la situation à l’assaut du Capitole de Washington par des partisans de Donald Trump après l’élection de Joe Biden aux Etats-Unis, sont également pointées du doigt, considérées comme "du grand art à l’américaine".

C’est dans ce contexte extrêmement tendu que l’OM défie le RC Lens ce mercredi soir dans le cadre de la 23e journée de Ligue 1.

RR