RMC Sport

OM : Mohed Altrad n’emballe pas encore

Mohed Altrad

Mohed Altrad - AFP

Vu de Marseille, l’intérêt de Mohed Altrad pour le rachat de l’OM est accueilli pour le moment avec beaucoup de scepticisme. Supporters et dirigeants s’interrogent sur la sortie du président du MHR sur BFM Business, ainsi que sur l’ampleur de sa fortune.

Mohed Altrad, futur propriétaire de l’OM ? L’hypothèse lancée par le président du MHR en personne, ce vendredi sur BFM Business, peine à enthousiasmer les fans du club olympiens pour l’instant. De nombreux supporters marseillais ont ainsi tout de suite réagi en estimant que la fortune de l’homme d’affaires (1,2 milliard d’euros) ne suffit pas pour un grand club comme l’OM. Un sentiment qui fait écho au contenu du communiqué de Margarita Louis-Dreyfus, publié lors de la mise en vente du club olympien.

L’actionnaire de l’OM s’annonçait très vigilante quant à la « capacité du nouvel actionnaire à construire une équipe qui gagne au plus haut niveau », MLD étant consciente que « le nouveau monde du football est dominé par des états ou des sociétés aux capitaux quasi illimités ». Le profil de Mohed Altrad ne semble donc pas forcément coller avec ce que Margarita imagine pour le futur de l’OM. Sauf si Altrad était capable d’attirer avec lui d’autres investisseurs pour donner une toute autre dimension à son projet marseillais…

« Je n’y crois pas », confie un proche de la direction

La forme de cette annonce a aussi surpris certains dirigeants de l'OM. « Je n’y crois pas car on ne commence pas un dossier en l’annonçant à la TV », explique un proche de la direction, tout de même interpellé par le fait que Mohed Altrad soit connu pour être un « taiseux », peu habitué aux coups médiatiques de ce genre.

Le dossier de la reprise de l’OM est en effet géré en toute discrétion, notamment du côté de Margarita Louis-Dreyfus et d’Igor Levin, son avocat. Une annonce publique de ce genre n’est donc pas de nature à plaire à l’actionnaire de l’OM.

Un habitué des dossiers de cessions de club explique également que cette sortie médiatique est la preuve que Mohed Altrad « n’a pas encore mis le nez dans le dossier de l’OM » (lui-même l’a avoué dans l’interview accordée à BFM Business, ndlr). « Dès que l’on commence à s’intéresser à un dossier de reprise de ce genre, on signe une clause de confidentialité, donc si des premiers contacts entre l’OM et Altrad avaient été nouées, il ne se serait jamais permis de s’exprimer ainsi », explique cette source.

FGe, à Marseille