RMC Sport

OM-OL - Valbuena: "Il y avait de la haine chez des gens que je connaissais"

Mathieu Valbuena

Mathieu Valbuena - AFP

Invité exceptionnel de Luis Attaque, ce lundi sur RMC, Mathieu Valbuena est revenu sur l’accueil particulièrement hostile que lui a réservé le Vélodrome lors de Marseille-Lyon (1-1).

Mathieu Valbuena, comment avez-vous vécu le Marseille-Lyon de dimanche soir ?

C’était un contexte particulier car je revenais à Marseille pour la première fois depuis que j’ai quitté le club (en 2014, ndlr). C’était un match très, très spécial pour moi. Ça fait bizarre d’affronter l’OM. Mais il fallait que je mette tous ces sentiments de côté et que je joue comme je sais le faire.

Vous avez donc coupé votre téléphone avant le match pour vous mettre dans votre bulle…

(Rires). J’ai eu du monde au téléphone, avec des messages de beaucoup de personnes qui me soutiennent. Après, ça reste du football. Ce sont des moments qui marqueront ma carrière, je le prends positivement car ça te renforce un peu plus mentalement.

Avez-vous rêvé d’avoir une standing-ovation du Vélodrome ?

Non, je ne me faisais aucune illusion, je savais ce qui allait se passer. Mais je sais que tous les contacts que j’ai gardés à Marseille sont très fiers de moi. Ils seront toujours derrière moi. Je suis très déçu de cette haine. Ce ne sont plus des sifflets, il y avait vraiment de la haine chez des gens que je voyais avant. Ça a dépassé le cadre du football. Je trouve ça dommage car je pense avoir beaucoup apporté à ce club en huit ans. Je trouve très bête de tout effacer parce que j’ai signé à Lyon. Aujourd’hui, j’ai beaucoup de personnes qui m’appellent pour s’excuser, dont des députés de Marseille qui m’envoient des lettres. Ce sont des choses touchantes. Franchement, il y a beaucoup de gens qui sont derrière moi, dont beaucoup de gens de Marseille.

Qu’avez-vous pensé de la marionnette à votre effigie pendue par les supporters?

Je l’ai vue très rapidement car, quand on est sur le terrain, on se focalise sur le terrain. Il s’est passé beaucoup de choses que je ne pense pas méritées, que personne ne mérite d’ailleurs. Je me suis toujours bien comporté avec les supporters marseillais, je n’ai jamais triché et je pense avoir fait du très, très bon boulot à l’Olympique de Marseille. Ce sont des choses que je n’arrive pas à comprendre. Le football n’a pas beaucoup de mémoire. Ce n’est pas grave, je sais à quoi m’en tenir. Après, j’ai fait mon match. Le terrain, ça reste le terrain de toute façon.

« J’étais dans le vestiaire avec les Marseillais … »

Pensez-vous que les joueurs marseillais avaient mis un contrat sur votre tête hier soir ?

C’est le contexte marseillais qui veut ça. Je le savais très bien, j’ai vécu des OM-OL depuis l’autre camp. Ce sont des matches avec une grosse intensité, beaucoup de duels et pas trop d’espace. C’était le cas hier, on a assisté à un beau match. J’étais dans le vestiaire avec les Marseillais et je peux dire qu’il n’y a aucune haine envers moi, même s’ils m’ont mis beaucoup de coups sur le terrain. J’ai gardé de très bons souvenirs avec eux. Ça me faisait plaisir de les revoir.

Quand Vincent Labrune dit que vous êtes allé à Lyon pour l’argent, qu’est-ce que cela vous inspire ?

Je ne veux pas rentrer dans ces débats car il me faudrait trois heures d’émission pour en parler. Quand je suis parti de Marseille, l’OM voulait se séparer de gros salaires. J’avais fait part de mon souhait de quitter le club. Mais ça arrangeait tout le monde. Il faut savoir se dire les choses. Je suis parti, il s’est passé ce qu’il s’est passé. Je suis allé en Russie, où il y a eu des choses inattendues. C’est pour ça que j’ai fait mon retour en France. L’OM s’en est très bien porté. Je ne suis pas allé à Lyon uniquement pour l’argent, j’y suis allé pour un projet sportif, qui était en adéquation avec ce que je recherchais. Je pense que Vincent me connaît assez bien pour savoir que je ne suis pas comme ça. J’ai toujours eu de très bonnes relations avec Vincent, mais il ne faut pas dire des choses qui ne sont pas vraies. En m’ayant vu grandir pendant huit ans, il connait ma personnalité et il sait très bien que je ne suis pas de ce genre-là. Même si on y fait attention, il ne faut pas se mentir.

Pour en revenir au terrain, que pensez-vous de ce match nul (1-1) ?

Je pense qu’on méritait de gagner. Même si, à dix contre onze, l’OM a montré beaucoup de valeurs, on a eu les plus belles occasions. A 1-0, Alexandre (Lacazette) a cette balle de 2-0 qui tape le poteau. On a eu des situations sur lesquelles on aurait pu tuer le match. Tactiquement, on avait bien mis les choses au point. Après, on sait très bien qu’une équipe qui joue à dix est galvanisée. On est rentré un peu timidement après cette coupure de 20-25 minutes. Ils ont marqué tout de suite après. Et on s’est dit qu’on ne pouvait pas rester sur ce match nul et qu’il fallait aller chercher la gagne. Mais je pense qu’on avait vraiment les occasions pour tout simplement gagner le match. Dans l’état d’esprit, on méritait un peu plus quand même.

« J’ai été surpris par la condition physique de Lass »

Que dites-vous à Alexandre Lacazette avant son penalty ?

Je n’ai jamais demandé de le tirer. Je lui ai dit de se concentrer et que j’avais confiance en lui. Je voulais vraiment qu’il le mette car je l’ai vu très touché après son penalty raté à La Gantoise (lors de la 1ère journée de Ligue des champions, 1-1). On était au contrôle anti-dopage tous les deux et il était très abattu. Pour lui, je voulais vraiment qu’il le mette car il le mérite après toutes les critiques un peu injustes à son égard. Ça m’a vraiment fait plaisir qu’il marque.

Vous vous n’êtes pas entraîné ce lundi…

J’ai une douleur au mollet, une petite contusion. Je ne suis pas sorti aujourd’hui et je suis allé aux soins. On verra demain (mardi) comment la blessure va évoluer.

Avez-vous donné rendez-vous en équipe de France à Lassana Diarra ?

(Rires) On a beaucoup parlé à la fin du match. Ça m’a fait plaisir de le voir car on s’est côtoyé avant la Coupe du monde en Afrique du Sud. Malheureusement ou heureusement pour lui, il n’avait pas pu y aller. "Lass" a toujours été un super joueur. J’ai été étonné par sa condition physique. Il n’avait pas joué depuis pas mal de temps. Je connais sa qualité technique, donc je n’ai pas été surpris. Physiquement, je l’ai trouvé très, très affuté. C’est un très, très gros joueur.

RMC Sport