RMC Sport

OM-OL : victoire du Mistral…

Stade-Vélodrome

Stade-Vélodrome - -

En raison des très fortes rafales de vent sur la région marseillaises et des risques d’accident autour d’un Stade-Vélodrome en chantier, le choc Marseille-Lyon a été reporté à une date ultérieure. Explications.

« On s’était tous réunis pour encourager l’OM. Maintenant, on va encourager les mouettes. » Michel Tonini, le président des Yankees, l’un des principaux groupes de supporters marseillais, garde le sens de l’humour. Mais comme 45 000 spectateurs, il est privé de Marseille-Lyon, le choc de la 10e journée de Ligue 1. Les très fortes rafales de vent qui ont soufflé sur la région marseillaise ce week-end ont conduit la commission de sécurité de la Ligue de football professionnelle à reporter cette affiche à une date ultérieure. A l’issue d’une réunion qui s’est tenue en début d’après-midi au Stade-Vélodrome, les dirigeants de l’OM, arbitres, délégués de la rencontre et représentants de la ville de Marseille, sont arrivés aux mêmes conclusions.

Le bulletin météo annonçant des rafales de vent d’une moyenne de 90km/h en soirée, la sécurité des spectateurs désirant se rendre dans une enceinte phocéenne en plein travaux n’aurait pas été assurée. « La commission de sécurité a constaté que de nombreux éléments de palissades qui cernent la zone de chantier autour du stade avaient été fragilisés, voire abattues par les fortes rafales de vent durant la nuit, précise José Allegrini, adjoint au maire en charge de la sécurité. Avec des rafales prévues entre 85 et 100 km/h, nous exposerions le public accédant au stade à la projection d’éléments qui pourraient se révéler mobiles et meurtriers. »

Les joueurs de l’OL ont fait l’aller-retour

Guy Cazadamont, le Monsieur sécurité de l’OM, a validé lui aussi ce report. « C’est une sage décision, confie-t-il. On ne peut pas se permette d’avoir un mort ou un blessé dans le stade. » Ce report acté vers 15h a évité aux supporters lyonnais, immédiatement alertés par l’OM, un déplacement inutile. Ce n’est en revanche pas le cas de Rémi Garde et ses hommes. Les Gones, qui avaient été contraints de prendre le train plutôt que l’avion pour se rendre à Marseille en raison des conditions météorologiques, se sont payés un aller-retour express (le retour en avion), sans jouer. Pendant ce temps-là, André-Pierre Gignac vibrait pour Lorient, son ancien club, auteur d’un retour fracassant contre Ajaccio (4-4).

« Un régal », a twitté le buteur (blessé) de l’OM. Reste un souci de taille. Quand cette rencontre va-t-elle se dérouler ? Côté OM, comme côté lyonnais, le calendrier est ultra-chargé jusqu’à la trêve hivernale. Il est donc envisageable que le choc de la 10e journée se dispute après la… 19e journée, c’est-à-dire en 2013. Une nouvelle qui fait un heureux, le TFC. Le club toulousain est assuré de rester à la 2e place du championnat cette semaine. De leur côté, les supporters, qui pourront garder leur billet jusqu’au jour du report, ont une idée lumineuse. « On va porter plainte contre le Mistral », se marre Michel Tonini.

Aurélien Brossier avec Florent Germain