RMC Sport

OM - Payet : « Je ne pense pas que le titre soit joué »

Dimitri Payet

Dimitri Payet - -

Trois jours après sa défaite à Lille, l’Olympique de Marseille affronte le promu Nantais, surprenant 5e du championnat (20h30). Mais selon Dimitri Payet, les rêves de podium voire de titre ne se sont pas encore envolés côté marseillais.

Une défaite face à un adversaire direct, la blessure de Valbuena : peut-on parler de soirée cauchemar à Lille mardi ?

C’est une soirée difficile à digérer, surtout vu le scénario du match avec ce but à la fin (Roux, 90e ndlr), avec la blessure de Mathieu… Il y a un point positif, c’est qu’on a fait un match relativement solide. En face, il y avait un gros gardien.

L'OM est-il à sa place derrière Paris, Lille et Monaco ?

C’est sûr que c’est compliqué quand on perd contre des adversaires directs. Heureusement que le championnat ne se joue pas sur ces confrontations directes. Il reste encore beaucoup de matches : à nous de faire en sorte de gagner ces matches-là.

Avez-vous hypothéqué vos chances de podium cette saison ?

Non, je suis bien placé pour le savoir : l’an dernier avec Lille, on avait 11 points de retard sur la deuxième place au mois de janvier. On a fait une série qui nous a permis de nous rapprocher des places européennes et ça s’est joué sur la dernière journée. C’est vrai qu’il y a 9 points d’écart avec le Paris Saint-Germain, 8 avec Monaco mais la saison est très longue. On n’est même pas à la trêve. Ce sera à nous de gagner nos matchs, en espérant que les autres devant fassent des résultats un peu moins flamboyants qu’en ce moment.

Le titre est-il encore accessible ?

C’est vrai que la défaite de Paris mercredi sur le terrain d’Evian est surprenante (2-0 ndlr). Mais on le sait, c’est un championnat difficile. Il n’y a pas de logique dans les résultats. Si vous n’êtes pas présents à chaque journée et que vous ne vous battez pas pour gagner… Les adversaires ne vont pas vous donner les trois points. Paris en a fait les frais, nous aussi sur certains matches de championnat. Je ne pense pas que le titre soit joué, ni les places européennes. Mais c’est vrai qu’aujourd’hui, il va falloir perdre moins de points possible parce qu’on en a déjà grillés pas mal.

Selon vous, l'OM est sur le bon chemin...

Oui, on a su rectifier le tir. Depuis Ajaccio (le 22 novembre, victoire marseillaise 3-1, ndlr), on montre un autre visage sur le terrain. Lille, c’était un test : même si le résultat est négatif, on a répondu présent. Il va falloir continuer comme ça et transformer ces matches-là en victoires.

Vous qui avez joué à Nantes (2005-2007), êtes-vous surpris de les voir à ce niveau ?

Oui parce que quand on est promu en Ligue 1, mis à part Monaco qui a beaucoup investi, on ne s’attend pas tout de suite à voir une équipe aussi performante. Le fait de ne pas changer beaucoup de joueurs fait aussi qu’ils sont sur la dynamique de leur montée. Je les ai vus jouer plusieurs fois : c’est une équipe qui joue bien au ballon, qui attaque, qui marque beaucoup de buts et qui joue bien. Ça peut être un match très plaisant.

L'OM est-il sous pression face à Nantes ?

Vu les résultats de cette semaines et vu l’enjeu de ce match, la pression est bien évidemment sur nous. On est à la maison, on reçoit un promu et on a besoin de points. On a perdu trois points mardi. Après, ça fait partie du quotidien de l’Olympique de Marseille.

A lire aussi :

>> Moscato : « Les Marseillais se voilent la face »

>> Di Meco : « A deux doigts de préférer ce que fait l’OM cette année »

>> Evian TG-PSG : L’invincible Paris est tombé

Le titre de l'encadré ici

|||

La bouderie de Payet

S’il a répondu à toutes les questions concernant l’Olympique de Marseille, Dimitri Payet a refusé d’évoquer sa situation personnelle dans le club. « Je suis là pour parler du match OM-Nantes, pas du cas Dimitri Payet, lance-t-il, agacé. Je préfère que les questions soient concentrées sur le match. J’avais prévenu avant de venir que j’allais parler du match donc je vais parler du match. » A la fin de la conférence de presse, l’attaquant confiera tout juste : « Ça m’a fait du bien de marquer à Ajaccio. Ca faisait un moment que je n’avais pas marqué ni délivré de passe décisive donc c’est un match qui a compté. »

Propos recueillis par Florent Germain