RMC Sport

OM: plainte et amende contre Alvaro, accusé d'avoir insulté un policier

D'abord rappelé à l'ordre par un policier pour un défaut de port de masque, au départ du groupe de l'OM pour Lens, Alvaro Gonzalez a ensuite été verbalisé, selon Nice-Matin. Entre temps, le défenseur espagnol aurait traité son interlocuteur de "hijo de puta".

À l'OM, tension à tous les étages. Au lendemain de la mise à pied à titre conservatoire de l'entraîneur portugais André Villas-Boas, le départ du groupe de l'Olympique de Marseille pour le match de Ligue 1 contre Lens a été décalé à ce mercredi matin.

Au moment du rassemblement à l’aéroport de Marseille-Provence, un incident se serait produit entre Alvaro Gonzalez et un policier chargé de sécuriser les lieux. D'après Nice-Matin, le footballeur espagnol a insulté l'agent après avoir été rappelé à l'ordre pour un défaut de port de masque.

Le quotidien régional explique que l'altercation s'est produite vers 9 heures, quand Alvaro Gonzalez s'est présenté à l'aéroport. Sans son masque sur le visage, le défenseur contrevenait aux règles sanitaires mises en place pour endiguer l'épidémie de coronavirus. Un policier lui aurait donc invité à respecter la loi et de porter un masque.

"C’est comme ça que tu nous accueilles, fils de p***"

Après avoir refusé une première fois d'obtempérer, puis avoir été réprimandé une deuxième fois, Alvaro Gonzalez serait sorti de ses gonds. "Hijo de puta" aurait alors lancé le footballeur de 31 ans, selon Nice-Matin. "C’est comme ça que tu nous accueilles, fils de p***", aurait-il aussi lâché, avant de continuer avec d'autres insultes en espagnol.

Sur les bons conseils d'un membre du staff de l'OM, et aussi parce que le policier continuait à le lui demander calmement, Alvaro Gonzalez aurait fini par s'équiper d'un masque. Trop tard. Le fonctionnaire a tout de même décidé de le verbaliser pour défaut de port de masque.

Surtout, le joueur est désormais visé par une plainte pour outrage sur personne dépositaire de l’autorité publique. Une infraction qui peut potentiellement être sanctionnée d'une amende de 15.000 euros d'amende et d'une peine d'un an d'emprisonnement.

JA