RMC Sport

OM-PSG : les notes des Marseillais

Malgré le retour gagnant de Lassana Diarra et un Rémy Cabella décisif, l’OM s’est encore incliné face au PSG (1-2), ce dimanche. Les Marseillais ont payé cher leurs mauvais placements défensifs et leur incapacité à trouver un Michy Basthuayi totalement absent des débats.

Steve Mandanda (5)

Impuissant sur l’ouverture du score parisienne (2e), le capitaine marseillais a encore été spectateur sur la frappe de Di Maria qui a fui son cadre de peu (11e). Peu sollicité, il a manqué une relance qui aurait pu coûter cher aux siens (31e) avant de s’avouer une nouvelle fois vaincu sur le but de Di Maria (71e).

Brice Dja Djédjé (4,5)

Le latéral droit a connu un début de match très compliqué en se faisant prendre à chaque fois dans son dos, comme sur l’ouverture du score où il a laissé un boulevard à Maxwell. Le scénario s’est répété deux autres fois (11e, 14e) avant que l’ancien joueur d’Evian-Thonon-Gaillard ne hausse le ton offensivement. Il a sonné la révolte d’une frappe puissante (20e) avant d’être à l’origine de l’énorme occasion gâchée par Barrada (22e). Il s’est aussi fait avoir sur la feinte de Di Maria sur le deuxième but parisien.

Rolando (4,5)

Comme toute son équipe, le Portugais s’est fait cueillir à froid en se faisant surprendre par Zlatan Ibrahimovic dans son dos (2e) sur l’ouverture du score. C’est aussi lui qui couvre Lucas, permettant au Brésilien de se retrouver seul face à Mandanda (32e).

Nicolas N'Koulou (4,5)

Son entente avec Rolando n’a pas très bien fonctionné, notamment quand il a fallu joueur le hors-jeu. Le Camerounais a peiné à s’adapter avec son partenaire, permettant aux Parisiens de les surprendre à plusieurs reprises dans la profondeur. C’est encore lui qui couvre Zlatan Ibrahimovic sur le deuxième but parisien (71e).

Javier Manquillo (5)

Alors que les vagues parisiennes déferlaient sur le côté droit en début de rencontre, l’Espagnol a été davantage épargné. Il a même sonné un début de révolte marseillaise sur deux centres sans danger avant de tenter sa chance d’une belle percée (40e) qui a pris fin dans la surface sur un superbe tacle de Thiago Silva.

Lassana Diarra (7)

Pour son retour à la compétition après deux semaines d’absence, l’international français a connu des débuts difficiles. Avant de vite retrouver son influence dans l’entrejeu, où il a régné en maitre. Plaque tournante de son équipe, il a régalé par quelques gestes de classe autant que par sa faculté à remporter ses duels. Sa seule erreur aura été de pester contre l’arbitrage et d’oublier Di Maria sur une remise en touche rapide à l’origine du deuxième but parisien.

Mauricio Isla (6)

Enigme depuis le début de la saison, le Chilien a réalisé son meilleur match. Il a d’abord surnagé dans un début de match compliqué en étant le seul à trouver des brèches dans le milieu de terrain parisien (16e). Très propre à la récupération, il a parfaitement tenu son rôle. L’entêtement de Michel à l’aligner aux côtés de Lassana Diarra se justifie enfin.

Abdelaziz Barrada (3,5)

Titularisé dans le couloir droit du milieu de terrain marseillais, le Marocain a souvent déséquilibré le bloc marseillais par ses replacements défensifs quasiment inexistants qui ont offert des boulevards aux Parisiens en début de match. Offensivement, le constat n’est pas plus brillant entre une frappe du gauche dévissée (5e) et une occasion immanquable expédiée largement au-dessus du cadre (22e). Une manière de confirmer sa maladresse devant le but (1 buts sur 23 tirs tentés cette saison). Ses choix de passe ont aussi manqué de justesse. Remplacé par Alessandrini (71e) qui s’est créé une belle occasion en fin de match (90e+2).

Rémy Cabella (6,5)

L’ancien Montpelliérain a changé le court du match en égalisant sur une accélération magnifique conclue par une frappe sèche qui a fait chavirer le Vélodrome (26e). Mais il n’avait pas attendu son but pour monter en puissance puisqu’il fut le premier Marseillais à cadrer une frappe (16e), avant de prendre le jeu à son compte comme le requiert son poste. Actif en début de deuxième mi-temps, il a peiné à trouver des solutions.

Georges-Kévin Nkoudou (5)

Face à Serge Aurier, l’ancien Nantais avait un client et le duel a tenu ses promesses. L’ailier gauche n’est pas souvent passé mais il a beaucoup tenté, sans jamais rien lâché. Il s’est parfois trop précipité comme sur ce centre-tir (19e) dans le petit filet. Il s’est aussi attaché à bloquer Aurier dans son couloir même si l’Ivoirien lui a grillé la politesse, offrant une énorme opportunité au PSG (51e). Il rate la balle de l’égalisation sur le dernier contre marseillais (90e).

Michy Batshuayi (3)

Le Belge a vécu une soirée très compliquée au milieu d’une charnière parisienne excellente. Il s’est tout de même créé une occasion mais sa reprise du gauche a été repoussée sur la ligne par Maxwell (41e). Muet depuis trois semaines, il est sorti sous les sifflets du Vélodrome lors de son remplacement par Fletcher (79e).