RMC Sport

OM : tous fadas de Bielsa

Marcelo Bielsa

Marcelo Bielsa - AFP

Alors que l’OM, leader de Ligue 1, vise une sixième victoire de rang face à Saint-Etienne dimanche soir (21h), en match de clôture de la 7e journée, le Stade-Vélodrome s’apprête à célébrer une nouvelle fois son nouveau héros, Marcelo Bielsa. RMC Sport s’est plongé dans la Bielsamania.

Mercredi, au lendemain d’une flamboyante victoire marseillaise à Reims (5-0), Patrice s’attendait à tout sauf à croiser Marcelo Bielsa dans un magasin Décathlon aux Terrasses du Port, un centre commercial de Marseille. « Il était tout seul. A mon avis, il devait être en repérage pour du matériel sportif », raconte cet abonné aux Winners, qui a bien sûr profité de cette improbable rencontre pour faire un selfie avec l’Argentin. « Je suis fier d’avoir la photo avec celui qui apporte le changement à l’OM, poursuit Patrice. Pour moi, Bielsa apporte la révolution à l’OM. » Un avis partagé par la plupart des fans olympiens, raides dingues de leur nouveau boss.

-
- © AFP

Des supporters qui n’ont pas attendu que leur équipe trône en tête de la Ligue 1 pour adopter « El Loco ». « Dès que sa nomination a été officialisée, on a préparé en 48 heures un tifo représentant le drapeau de l’Argentine, se souvient Matthieu Franceschi, un responsable des Winners (virage sud), groupe à l’influence très "albiceleste" et dont l'emblème est d'ailleurs Che Guevara. On avait écrit en espagnol "El Loco, fais-nous rêver." » Difficile aussi d’oublier l’accueil qui lui fut réservé début juin à l’occasion de ses premiers pas au centre Robert Louis-Dreyfus. Chants, banderoles et fumigènes. Pas sûr qu’un José Mourinho aurait déchaîné autant de passion…

« Un personnage comme il faut à l’OM »

Sacré contraste en tout cas entre la ferveur parfois disproportionnée des fans marseillais et le tempérament plus que réservé de l’ancien coach de l’Athletic Bilbao. Paradoxalement, c’est pourtant ses racines argentines qui expliquent en partie la Bielsamania. Pour Rolland, abonné aux Winners et amoureux fou du pays de Diego Maradona, dont il arbore un tatouage, Bielsa a apporté la folie sud-américaine à Marseille : « On a une culture de tribune populaire. Il me plaît surtout parce qu’il est de Rosario. J’ai eu la chance de faire le clasico Rosario- Newell's Old Boys. Je connais la ferveur qui règne là-bas. Et le personnage Bielsa me plaît. Il est identique à sa réputation. » Matthieu Franceschi poursuit : « C’est un personnage comme il faut à l’OM, on le surnomme "El Loco" mais nous, on est tous un peu fadas ici. Et puis le côté un peu mystérieux du personnage fait qu’il a tout de suite été adopté par la majorité des supporters. »

Alors qu’un nouveau tifo , gardé secret par les Winners, est prévu en l’honneur du technicien argentin, ce dimanche soir lors de la réception de Saint-Etienne (21h), l’intéressé ne reste pas insensible face à autant d’amour. En conférence de presse, derrière ses lunettes, il a répondu à sa façon, c’est-à-dire avec pudeur : « Vous savez, quand j’ai accepté de venir travailler ici, l’une de mes motivations premières était de voir le Stade-Vélodrome plein. C’est vraiment l’un des spectacles les plus merveilleux que peut nous offrir ce sport. Mais cela n’a rien à voir avec le fait que le public soit derrière moi ou non. Ça me fait plaisir quand les supporters approuvent mon action mais ce n’est pas ce qui guide mes choix. » Et n'allez pas critiquer le sérieux et la réserve de l'entraîneur argentin, sous peine de vexer tous les supporters de l'OM. Eux ne voient en Bielsa que l'essentiel : une bonne tête de Winner.

Aurélien Brossier avec Florent Germain