RMC Sport

OM-VA : une éclaircie pour Marseille

André-Pierre Gignac et Florian Thauvin

André-Pierre Gignac et Florian Thauvin - -

Grâce à des buts de Gignac et Thauvin, l’OM a battu Valenciennes (2-1) ce vendredi en match en retard de la 21e journée de L1. Un succès qui permet aux Marseillais de gagner quatre places et de remonter au 5e rang du classement.

« Y'a plus d'arrangement » et « On veut une équipe », pour le Virage Nord. « 1er round : après des paroles, des actes ! », pour le côté Sud. Dès leur entrée au Vélodrome pour l’échauffement, les joueurs de l’OM ont compris le message. Même s’ils n’étaient qu’environ 15 000, les supporters marseillais ont clairement affiché la couleur. Au lendemain d’une réunion entre l’ensemble de l’effectif et les représentants des groupes de supporters, les hommes de José Anigo ont redonné un peu le sourire à leurs fans. En remportant un succès étriqué contre Valenciennes (2-1), Marseille a mis fin à une série de trois défaites consécutives, toutes compétitions confondues.

Un succès surtout synonyme d’un gain de quatre places au classement. Neuvième au coup d’envoi, l’OM est remonté à la cinquième place, avec seulement cinq points de retard sur le LOSC (3e). Reporté il y a dix jours pour cause d’intempéries, cette rencontre est donc une petite éclaircie dans un ciel olympien qui reste malgré tout bien chargé. Face à des Nordistes plus solides lors de leurs dernières sorties (deux victoires et deux nuls lors des quatre derniers matchs), Marseille a donc assuré l’essentiel. Sans brio, mais avec une réussite qui le fuyait depuis plusieurs semaines.

10e but en 9 matchs pour Gignac

Impossible en effet de dire que cet OM-là se serait imposé sans l’aide de Valenciennois bien gentils avec leurs hôtes. En manque d’inspiration et de confiance, les Ciel et Blanc ont profité des offrandes d’Eloge Enza-Yamissi et Nicolas Penneteau pour scorer. D’abord par André-Pierre Gignac, opportuniste sur une passe en retrait mal assurée pour inscrire son 10e but lors des neuf derniers matchs (1-0, 32e), puis par Florian Thauvin, lucide face à un Nicolas Penneteau qui avait laissé son côté fermé… grand ouvert (2-1, 64e). Deux réalisations signées des deux rares satisfactions olympiennes de la première partie de saison.

Mais Albert Emon, de retour sur le banc du Vélodrome pour assister José Anigo, a pu le constater : les maux olympiens sont profonds. Un peu plus rassurants au milieu, les Marseillais se sont encore montrés très fébriles derrière, à l’image de Steve Mandanda, fautif sur un centre tendu d’Arthur Masuaku qui a débouché sur l’égalisation de VA (1-1, 38e). Une erreur finalement sans conséquence pour un club qui, des joueurs aux supporters, se satisfait amplement de cette courte victoire.

A lire aussi :

>> Revivez OM-VA

>> OM : quand les joueurs et les supporters s’expliquent

>> Larqué : « Emon ? Aucune utilité »

Alexandre Alain