RMC Sport

Paris et Montpellier, un monde les sépare

Nenê

Nenê - -

Le PSG et le MHSC se partagent la tête de la Ligue 1 après quatorze journées. Mais en termes de moyens et d’image, le club des Qataris et l’équipe de Louis Nicollin sont aux antipodes l’un de l’autre. La preuve par quatre.

Al-Khelaifi vs Nicollin

Costume-cravate, coupe impeccable et sourire de rigueur, Nasser Al-Khelaifi soigne son apparence. A 37 ans, le président du PSG arbore un look sobre et moderne. L’homme de confiance du cheikh Tamin bin Hamad al-Thani, le richissime propriétaire du club de la capitale, s’épanche peu dans la presse. En fin communicant, l’ancien tennisman qatari, également patron d’Al Jazeera Sport, sait se faire discret. Pour mieux œuvrer en coulisses... A l’inverse, Louis Nicollin, qui a fait fortune dans la collecte des ordures, dit haut et fort ce qu’il pense. Jamais avare de tacles appuyés, le président de Montpellier, fondateur du club (alors amateur) en 1974, cultive son image d’ancien combattant, voire de dinosaure : le MHSC est l’un des derniers clubs pros « familiaux » en France. A 68 ans, le boss héraultais a toujours la même coiffure et ne semble ne pas trop porter d’attention à sa garde-robe.

Leonardo vs Mézy

Avec son réseau international et son charisme naturel, Leonardo incarne le nouveau PSG. Adoubé par les Qataris, le Brésilien polyglotte a hérité des pleins pouvoirs lors de son arrivée. A 42 ans, l’ancien entraîneur de l’Inter Milan allie élégance et expérience. Un cocktail haut de gamme, associé aux fonds illimités de ses employeurs, qui porte déjà ses fruits. En face, Michel Mézy est forcément moins « bankable ». Le directeur sportif de Montpellier, 63 ans, n’a ni l’allure ni l’aura de « Leo ». Mais ses conseils sont précieux pour le président Nicollin. Avec un recrutement judicieux et une exploitation maximale du centre de formation, l’historique n°2 héraultais fait pour l’instant aussi bien que son homologue parisien.

Pastore vs Giroud

C’est le joueur le plus cher de l’histoire de la Ligue 1. Recruté pour 42 millions d’euros à Palerme l’été dernier, Javier Pastore a débarqué en rock-star à Paris. A 22 ans, l’international argentin (6 buts, 2 passes décisives) a effectué un démarrage canon avant de connaître un sérieux passage à vide. Olivier Giroud est lui arrivé sur la pointe des pieds dans l’Hérault. Arraché à Tours pour 2 millions d’euros en 2010, l’attaquant de Montpellier (8 buts, 2 passes décisives cette saison) s’est tout de suite imposé. Au point d’être appelé en équipe de France par Laurent Blanc au début du mois. Beau gosse mais pas « bling-bling » pour deux sous. Et diablement efficace.

Le Parc des Princes vs La Mosson

Pour beaucoup, c’est le plus beau stade de foot de France. Avec ses 47 500 places, le Parc des Princes trône dans le très chic 16e arrondissement de Paris. En partie déserté suite aux mauvais résultats du PSG et aux problèmes d’insécurité, l’écrin de la Porte d’Auteuil est redevenu « the place to be » cette saison. Il possède même la meilleure affluence de L1 (40 959 spectateurs en moyenne). A 600 km plus au Sud, la Mosson est nettement moins glamour. Sans « peoples » mais avec une Butte Paillade toujours présente, le stade héraultais, esthétiquement discutable, profite tant bien que mal de la forme du MHSC. Avec une moyenne de 16 171 spectateurs, l’enceinte de 32 950 places est encore loin de faire le plein.

Alexandre Jaquin