RMC Sport

Paris, l'étoffe d'un champion

Kevin Gameiro

Kevin Gameiro - -

Dominé en première période, le PSG s'est imposé avec autorité et réalisme à Montpellier (3-0) samedi soir. Dans le sillage d'individualités au top et d'un Javier Pastore resplendissant (deux buts), les Parisiens s'emparent provisoirement de la place de leader.

Le rêve prend-il forme ? Trois mois après un fol été marqué par un recrutement clinquant (88,2 millions dépensés) et des objectifs revus à la hausse avec l’arrivée de fonds qataris, voilà le PSG leader du championnat de France (grâce au classement du fair-play). Pour son premier gros test de la saison sur le terrain de l’ancien leader impérial à domicile (trois victoires en trois matches), Paris a marqué les esprits. « On a montré qu’il fallait compter sur nous cette saison, s’est réjoui Blaise Matuidi. Ce n’était pas facile comme déplacement, mais on a répondu présent. » Il a d’abord peiné avant de briller. Car Montpellier a largement dominé la première demi-heure. Dans les petits papiers de Laurent Blanc, le sélectionneur de l’équipe de France, Olivier Giroud a marqué des points. A défaut de buts. La faute à un excellent Salvatore Sirigu (2e, 12e, 55e, 85e). Et à une grosse erreur de jugement de l’arbitre de touche qui lui a refusé le but de la saison en fin de match (89e) pour un hors-jeu imaginaire. Le contrôle poitrine-ciseau retourné était sublime.

Mais Paris a pris son temps comme souvent depuis le début de saison. Après une première alerte (25e), Kevin Gameiro est sorti de sa boîte pour ouvrir le score (0-1, 39e) à la réception d’un centre au cordeau de Nenê. Première frappe cadrée, premier but. « Les gens ne nous voyaient pas comme ça mais on sait jouer en équipe, s’est satisfait le buteur parisien (5 buts en L1). On montre un autre visage. » La suite sera encore plus cruelle pour le MHSC. Savoureuse pour le PSG. Excentré sur le côté droit de la surface de réparation héraultaise, Javier Pastore a régalé les 24 842 spectateurs en reprenant instinctivement de volée une transversale de 40 mètres de Sakia Tiéné (0-2, 43e). Un régal pour une réussite maximale.

Dixième match sans défaite

Le collectif parisien s’est ensuite mué en parfais gestionnaire avant de porter l’estocade par l’indispensable et inévitable Pastore (4e but en L1) plein de sang-froid après une sortie manquée de Geoffrey Jourdren (0-3, 81e). Depuis la défaite face à Lorient (0-1) lors de la première journée, Paris a enchainé dix matches sans défaite toutes compétitions confondues. Ce PSG a du coffre. Il a de la réserve aussi comme en témoigne l’entrée en jeu de Momo Sissoko (71e) qui a disputé ses premières minutes avec le maillot parisien depuis son arrivée en provenance de la Juventus Turin (pour sept millions d’euros). Un clin d’œil lors de cette douce soirée conclue par une place de leader. Parti pour durer ?