RMC Sport

Paris perd pied

Guillaume Hoarau

Guillaume Hoarau - -

Le club parisien a dû se contenter d’un match nul à domicile contre Montpellier (2-2), qui le relègue à sept points du leader lillois et trois du podium. Les joueurs d’Antoine Kombouaré menaient pourtant 2-0 au bout de treize minutes et ont joué quasiment toute la deuxième période en supériorité numérique...

Le PSG devait absolument l’emporter ce dimanche au Parc des Princes pour maintenir le contact avec le quatuor de tête. Une occasion manquée. Les Parisiens ont en effet partagé les points avec des Montpelliérains qui auront parfois confondu engagement et agressivité mais seront parvenus à ramener un match nul en infériorité numérique (2-2). Les joueurs de la capitale regretteront certainement les nombreuses occasions manquées, qui leur coûtent de laisser filer le clan des prétendants. 

Des les premières minutes de jeu, les hommes d’Antoine Kombouaré mettent la pression. Avec un résultat dès la onzième minute. Après un ballon contré par le talon de l’arbitre au milieu du terrain, les Parisiens se déploient en contre-attaque. Nénê déborde sur le côté gauche et centre. Hoarau ajuste une tête piquée que Jourdren ne fait que ralentir. La machine semble alors lancée. Au quart d’heure de jeu, sur une nouvelle perte de balle héraultaise en milieu de terrain, Erding combine avec Giuly qui file sur l'aile droite. L'ancien Monégasque centre en bout de course. Sous la pression d'Erding, Yangambiwa dévie le ballon dans ses propres filets.

Du côté montpelliérain, on ne trouve pas les grands attaquants que sont Giroud et Utaka. A l’inverse, des cartons pleuvent : Belhanda, Jeunechamp et El Kaoutari sont avertis dès ce premier acte. Mais au retour des vestiaires les joueurs de René Girard relancent complètement cette partie. Sur un coup franc tiré par Belhanda du côté gauche, Giroud reprend d'un splendide coup de tête qui finit sa course dans la lucarne d'Edel

Quarante minutes à onze contre dix

Le match devient ensuite complètement fou suite à l’expulsion de Cyril Jeunechamp pour des mots échangés avec l’arbitre de touche. Cela n’empêche pas les joueurs du président Nicollin d’égaliser. Suite à un nouveau corner dégagé par Edel, Pitau sert Giroud dans la surface. Le grand attaquant montpelliérain a tout son temps pour contrôler et ajuste le portier parisien d'une frappe croisée du gauche. Malgré plus de quarante minutes passées à onze contre dix, les Parisiens ne parviendront jamais à marquer.

« On a lâché, ne peut que constater sur Canal + le latéral du PSG, Siaka Tiéné. On aurait dû concrétiser durant la première mi-temps, on l’a payé cher. Ils ont bien joué le coup. On ne peut qu’être déçu, on s’est laissé aller. Ils étaient plus motivés que nous. » Les Héraultais fêtent eux ce nul comme une victoire. « Vu le scénario, après une première mi-temps où on a été plus spectateurs qu’acteurs, on s’est lancé à l’abordage, explique le gardien Geoffrey Jourdren. Il fallait marquer ce premier but pour revenir car ils avaient joué jeudi (à Benfica, en Ligue Europa, ndlr). Ils font une mauvaise opération et on aurait presque pu l’emporter. »

Guillaume Claret