RMC Sport

Pastore libère le Parc

Javier Pastore

Javier Pastore - -

Le milieu de terrain argentin, auteur de son premier but sous ses nouvelles couleurs, a sorti le PSG d'un mauvais pas, ce dimanche face à Brest (1-0). Longtemps gênés par une excellente équipe brestoise, les Parisiens peuvent remercier l'ancien joueur de Palerme.

Le Parc n’attendait que ça. Pour son cinquième match sous les couleurs du PSG (le troisième en Ligue 1), Javier Pastore a inscrit son premier but avec son nouveau club, ce dimanche face à Brest (1-0). Un ballon caressé magnifique à la conclusion d’un superbe travail de Jérémy Menez, auteur de sa troisième passe décisive en cinq rencontres. Une réalisation qui vaut surtout très cher pour les Parisiens longtemps repoussés par une équipe brestoise joueuse et très bien en place malgré les absences de six défenseurs. Jusqu’à cette 69e minute, moment choisi par l’Argentin pour libérer les siens, les hommes d’Antoine Kombouaré ne faisaient pas les fiers.

La belle impression laissée à Toulouse (victoire 3-1) il y a deux semaines augurait une belle soirée. Elle a longtemps été crispante. En Haute-Garonne, l’homme qui valait 42 millions d’euros avait déjà débloqué la situation avec deux passes décisives. Avant cela, le PSG s’était montré brouillon. Ce dimanche, les Parisiens ont encore manqué de justesse. Pastore, déjà, s’est signalé par des gestes de grande classe et une frappe parfaitement repoussée par Steeve Elana (21e). Loin du cliché des équipes regroupées derrière, le Stade Brestois a proposé du jeu. Le couloir gauche déserté par un Siaka Tiéné aux abonnés absents a laissé le champ libre à Romain Poyet. Ce dernier a tenté sa chance (19e) et multiplié les centres obligeant Sirigu à rester vigilant (31e).

Premier carton pour Lugano

Et si Eden Ben Basat s’était montré moins maladroit face au but ouvert (35e après une nouvelle accélération de Roux sur le côté gauche de Tiéné), la soirée aurait pu être beaucoup plus pénible pour les Parisiens. A défaut de briller, Paris ne s’est pas affolé et n'a pas encaissé de but pour la première fois de la saison. L'effet Diego Lugano ? Pour sa première titularisation, l'Uruguayen (148 cartons jaunes récoltés dans sa carrière) s'est distingué par des interventions propres et un premier avertissement pour une vilaine faute sur Nolan Roux (62e). Comme un signe d’un match de plus en plus heurté (six cartons, trois de chaque côté). C’était avant la caresse de Pastore qui, s’il n’est pas seul sur le terrain, a rapporté des points à son équipe lors des deux dernières journées. Mal embarqué après les deux premières journées, le PSG est troisième ex aequo (avec Lille, Toulouse et Rennes) avec cette troisième victoire consécutive en championnat (la cinquième toutes compétitions confondues). On dit merci qui ?