RMC Sport

Payet : « J’ai rempli mes objectifs personnels »

Le Lillois Dimitri Payet, meilleur passeur de La Ligue 1 cette saison

Le Lillois Dimitri Payet, meilleur passeur de La Ligue 1 cette saison - -

Meilleur passeur du championnat (12), Dimitri Payet se prépare à une fin de saison chargée. Après l’ultime choc dimanche en Ligue 1 (21h) face à Saint-Etienne, l’attaquant du LOSC rejoindra ensuite l’équipe de France pour la tournée en Amérique du Sud.

Dimitri, le dernier match de Ligue 1 sera décisif dimanche (21h) contre votre ancien club, Saint-Etienne, dans la course à l’Europe… Comment l’appréhendez-vous ?

C’est un match que tout joueur de foot rêve de jouer. Il vaut mieux ça que d’être européen à cinq journées de la fin et s’ennuyer. C’est une finale, on est obligé de gagner, Saint-Etienne aussi parce qu’un nul ne les mettrait pas à l’abri de Nice.

Est-ce qu’une 4e place serait un bon résultat pour Lille ?

Il y a cinq mois, si on nous avait dit qu’on finirait 4e, on aurait signé tout de suite. On a été 12e à un moment donné. Il ne faudra pas faire la fine bouche, mais si à la fin du match, on a gagné, on regardera ce qu’a fait Lyon.

Lille a eu un retard à l’allumage…

On paie notre début de saison difficile. On s’est mis sous pression en perdant au tour préliminaire de la Ligue des champions à Copenhague. On a dû intégrer des nouveaux joueurs, ça a mis du temps. On a commencé à être en place en janvier.

Personnellement, avec 12 buts et 12 passes décisives, vous êtes satisfait ?

J’ai rempli les objectifs que je m’étais personnellement fixés en début de saison. Ma saison sera encore plus belle si le match de ce week-end finit par les trois points qu’il nous faut pour l’Europe.

On dit que vous êtes un affectif…

C’est vrai. Depuis que je suis tout petit, je fonctionne comme ça, dans mes rapports personnels et sur le terrain. Quand ça se passe bien avec un coach, ça se voit sur le terrain.

Quelle est votre marge de progression ?

Je suis plus un passeur qu’un buteur. A mon poste, je prends plus de plaisir à faire marquer un partenaire. Mais sur certains matches, j’aurais pu être plus tueur.

Croyez-vous pouvoir vous faire une place en équipe de France ?

Bien sûr que j’y crois. Et j’y travaille. Ce que je voulais surtout, c’était réintégrer le groupe. Avoir été appelé contre la Géorgie et l’Espagne, ça m’a poussé à travailler, même si je n’ai pas participé sur le terrain. Etre rappelé aujourd’hui, c’est une continuité que je recherchais.

Avec l’absence de Franck Ribéry, vous vous voyez titulaire contre l’Uruguay le 5 juin ?

Que ce soit l’Uruguay, le Brésil ou la Roumanie, franchement… J’attends ce moment impatiemment. Si on fait appel à moi, ne serait-ce que cinq minutes… Le Mondial 2014 est dans un coin de ma tête.

A lire aussi :

>> Un match de gala entre anciens lillois et stéphanois

>> Saint-Etienne prolonge Galtier

>> Alerte pour Chedjou