RMC Sport

Pour le PSG, tout a commencé à Bonal…

Nenê

Nenê - -

Ce samedi (21h), les Parisiens reçoivent Sochaux pour le compte de la 20e journée de Ligue 1. Un match particulier pour les hommes de Kombouaré. A l’aller, la cuisante défaite à Bonal (1-3) avait été le déclencheur de leur renouveau sportif. Entre prise de conscience collective et nouveaux choix tactiques.

« Quand on remonte dans le temps, Sochaux est l’équipe qui a déclenché la révolution chez nous. » Le constat de Guillaume Hoarau est sans équivoque. Antoine Kombouaré en atteste. « Ce match a été le déclic. Ça a été un nouveau départ. Sur le coup, j’avais la rage. Ce qui est bien, c’est qu’on a bien analysé ce qui n’avait pas fonctionné. A la fin du match, j’ai eu un discours forcé. Et puis, je suis passé à autre chose. »

Le 29 août dernier, Paris s’incline 3 buts à 1 après avoir été mené 3-0 à la mi-temps. Le PSG est dépassé. La crise couve. Mais paradoxalement, les hommes d’Antoine Kombouaré se servent de cette cuisante défaite pour rebondir. « A l’aller, cela avait été un non-match confirme Peguy Luyindula On a eu le mérite d’en prendre conscience et de repartir sur le bon pied. »

Surtout, cette défaite a obligé Antoine Kombouaré à repenser son onze de départ et à effectuer de nouveaux choix. Après une longue réflexion, Kombouaré décide de procéder à plusieurs changements : Edel prend la place de Greg Coupet passé au travers à Sochaux ; Sylvain Armand est positionné en défense centrale à la place de Zoumana Camara et laisse sa place de latéral gauche à Siaka Tiéné qui à l’époque vient de signer ; enfin, Ludovic Giuly remplace Stéphane Sessegnon. Tous ces joueurs se sont depuis imposés. C’est également après la défaite à Bonal que Kombouaré relance Clément Chantôme avec la réussite que l’on connaît. « Après la défaite à Sochaux, le coach avait fait pas mal de changements qui ont fait du bien à l’équipe » reconnaît Hoarau.

Erding : « On a une revanche à prendre »

Ses choix orchestrés par Kombouaré ont permis d’insuffler un nouveau dynamisme à l’équipe. Seul Stéphane Sessegnon et à un degré moindre Greg Coupet, qui n’avait pas apprécié certaines remarques de son coach à Sochaux, ont été de vrais victimes de ces choix puisque les deux hommes ont progressivement disparu pour des raisons bien différentes.

Depuis, Paris s’est affirmé comme l’un des favoris au titre. La venue de Sochaux samedi soir (21h) sera l’occasion pour Paris de confirmer son statut mais aussi d’effacer le cuisant revers de l’aller. « On veut prendre une revanche car on n’avait pas été bons là-bas, confirme Erding. Le coach nous en a parlés. » Le PSG doit confirmer qu’il a en effet bien évolué depuis l’été dernier.