RMC Sport

Pourquoi le G7 à Biarritz perturbe la 3e journée de Ligue 1

En raison du sommet du G7 à Biarritz, trois matchs de la 3e journée de Ligue 1 qui devaient se jouer ce week-end ont été reportés à la semaine prochaine. Des rencontres qui se déroulent pourtant à des centaines de kilomètres du Pays basque.

Inutile de zapper ce vendredi soir à la recherche d’un match de Ligue 1. Si la 3e journée du championnat de France est pourtant bien programmée ce week-end, les premiers matchs n’auront lieu que samedi à 20 heures, et seulement sept rencontres se joueront d’ici dimanche soir, Montpellier-OL (mardi, 19h), Lille-Saint-Etienne (mercredi, 19h) et Nice-OM (mercredi, 21h) ayant été décalées de quelques jours. Pourquoi? Parce que la France accueille du 24 au 26 août les chefs d’Etat les plus puissants au monde lors du sommet du G7 à Biarritz.

Nice et Biarritz, ce n’est pourtant pas à côté, pas plus que le Pays Basque ne l’est du Nord, remarquerez-vous. Oui, mais les autorités ne raisonnent pas comme ça… Afin d’assurer la sécurité des différentes délégations, et par crainte de manifestations altermondialistes, 13.200 policiers et gendarmes ont été mobilisés, et ne pourront donc pas participer pendant ce temps à d’autres tâches, comme la sécurisation de rencontres sportives.

Saint-Etienne va voyager à Lille puis à Marseille en quelques jours

C’est Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, qui a demandé, et même "exigé" à la LFP de décaler trois rencontres, comme l’a fait savoir la Ligue par communiqué: "En raison de l’organisation du G7 en France du 24 au 26 août 2019, le Ministère de l'Intérieur a exigé le décalage de trois matchs de la 3ème journée de Ligue 1: LOSC Lille-AS Saint-Etienne, OGC Nice-Olympique de Marseille, et Montpellier Hérault SC-Olympique Lyonnais."

Si la LFP ne précise pas pourquoi ces trois matchs-là ont été ciblés, et pas les autres, il semblerait que les affiches aient été jugées les plus "chaudes" par les autorités, ou du moins plus demandeuses en effectifs policiers qu’un Brest-Reims ou un Dijon-Bordeaux.

Cette modification précoce du calendrier, après une saison perturbée par les reports en raison du mouvement des Gilets jaunes, n’arrange en tout cas ni les supporters, ni les clubs. Les Verts, par exemple, devront se déplacer dimanche prochain à Marseille, seulement quatre jours après leur voyage à Lille.

CC