RMC Sport

Premier tournant pour les Lillois

-

- - -

Une victoire contre Nancy ce mercredi soir (19h), en match en retard de la 18e journée, donnerait au leader lillois quatre points d’avance sur ses poursuivants. Une occasion de frapper un grand coup pour des Dogues qui refusent néanmoins le costume de favori.

Cette question, Rudi Garcia s’y attendait. Interrogé sur l’opportunité de prendre le large en tête du championnat en cas de victoire face à Nancy, l’entraîneur lillois répond avec le plus grand sérieux : « Si on gagne, on aura quatre points d’avance, mais si on perd on n’en aura pas plus. » Le technicien préfère manifestement l’arithmétique à la prospective.

Une logique implacable, qui vise surtout à noyer le poisson et à ne pas détourner l’attention de ses joueurs, désignés en ce début d’année comme les candidats naturels à la succession de Marseille en mai prochain. Rudi Garcia ne se souvient que trop bien de la manière dont son équipe a été privée de Ligue des champions l’an passé, lors de la dernière journée. « On ne peut pas tenir un autre discours que celui-là, se justifie-t-il. On n’a qu’un point d’avance et on peut vite rentrer dans le rang. On ne manque pas d’ambition, mais on est réaliste. »

Cabaye : « Le Barça ne fait pas le même football que nous »

Ce réalisme, à l’image de celui son buteur, Moussa Sow (15 buts), c’est ce qui fait la force du LOSC cette saison. Ainsi qu’un jeu rapide et offensif, dont Eric Roy faisait l’éloge après la défaite de son club ce week-end (0-2), allant même jusqu’à comparer Lille… à Barcelone !
« C’est bien, mais j’ai regardé le match des Barcelonais et ils ne font vraiment pas le même football que nous… », s’amuse Yohan Cabaye. A l’image de son entraîneur, le milieu de terrain refuse d’évoquer le titre. « En février, la Coupe d’Europe revient, rappelle-t-il. Il va falloir gérer cela. Ça prend de l’énergie et on ne sait pas ce qui peut nous arriver. »

Avant de baisser la garde : « Si on garde cette position fin avril-début mai, on jouera forcément le titre, glisse-t-il. Mais pour le moment, c’est encore trop serré pour pouvoir se dire qu’on est favori. »

Rudi Garcia lui répond avec un mimétisme troublant : « Les mois d’avril et de mai comptent pour un quart du championnat. En dix matches, il y a 30 points à prendre, il peut se passer beaucoup de choses. Mais si on est là dans le sprint final, on fera de notre mieux… » En attendant, le LOSC a déjà un match en retard à gagner ce mercredi soir (19h). Histoire de prendre le large.