RMC Sport

PSG: Alessandro Florenzi par ceux qui l’ont côtoyé à la Roma

Le PSG tient son nouveau latéral droit avec l’arrivée d’Alessandro Florenzi dans la capitale. Seule satisfaction d'un PSG-OM à oublier. Pour RMC Sport, ses anciens coéquipiers Grégoire Defrel et Federico Balzaretti mais aussi Frédéric Bompard, adjoint de Rudi Garcia à la Roma, ainsi que Paolo Rongoni, ancien préparateur physique des Giallorossi, dressent le portrait de la nouvelle recrue parisienne.

Une vraie belle rencontre. Voilà comme Frédéric Bompard, ancien adjoint de Rudi Garcia à la Roma entre juin 2013 et janvier 2016 qualifie sa relation de travail avec le néo-parisien Alessandro Florenzi. Reconnu d’abord pour ses qualités footballistiques, l’international italien s’est révélé être un compagnon fidèle et un professionnel consciencieux. Parmi ceux l’ayant côtoyé à la Roma et que nous avons interrogé, tous abondent dans le même sens. "C’est une personne très joyeuse, très dynamique à la fois sur le terrain et aussi en dehors, confirme Paolo Rongoni, ancien préparateur physique du club romain et aujourd’hui membre du staff de Rudi Garcia à Lyon. Il a une très bonne hygiène de vie, c’est quelqu’un de sérieux et stable dans sa vie personnelle." Fred Bompard a animé de nombreuses séances offensives avec le natif de Rome et dresse un portrait jovial de la nouvelle recrue parisienne: "Flore (prononcez Floré, ndlr) est un garçon extrêmement positif. On arrive le matin à l’entraînement, il a déjà le sourire. Cela a été un vrai plaisir de l’entraîner. Pour un technicien, c’est un régal de travailler avec des joueurs comme ça."

Arrivé à l’été 2017 chez les Giallorossi, Grégoire Defrel a apprécié la personnalité du défenseur italien. "Il est très important dans un vestiaire, note-t-il. C’est vrai qu’étant un pur romain, cela jouait peut-être dans le vestiaire de la Roma, mais on sentait qu’il aimait l’équipe, il allait vers les autres, il parlait avec tout le monde et c’est aussi un vrai blagueur."

Un joueur sérieux et fidèle

Paolo Rongoni se souvient des deux saisons passées avec Alessandro Florenzi du côté de Trigoria, le centre d’entraînement de la Roma. Surtout, il insiste sur l’état d’esprit très positif du joueur. "Il pousse les entraînements à fond, confirme-t-il. Il sait très bien que la performance du week-end se construit dans la semaine. Il s’investit beaucoup et est très consciencieux. Je l’ai eu, il était jeune, et il travaillait déjà beaucoup. Il s’est construit dans le temps et aujourd’hui, le PSG va avoir un bon joueur d’expérience."

Malgré les années passées loin de la capitale italienne, Fred Bompard se souvient de leurs chaleureuses retrouvailles en juin 2018. Pour l’ancien adjoint de Rudi Garcia, l’anecdote révèle la droiture de l’homme ainsi que son caractère attachant. "Je l’avais revu lors d’un France-Italie à Nice juste avant la Coupe du monde 2018 et ça m’avait fait super plaisir, se remémore l’actuel entraîneur-adjoint à Guingamp. J’étais allé voir le match et après la rencontre, ceux qui n’avaient joué qu’une partie de la rencontre ou qui n’étaient pas entrés avaient eu un petit entraînement sur la pelouse. Flore n’était entré qu’à la 75e minute donc il faisait les exercices. J’étais resté dans la tribune déserte car je devais voir Franck Le Gall, le docteur de l’équipe de France qui était aussi avec nous à Marseille. Quand Alessandro m’avait vu, il avait poussé la sécurité et m’était tombé dans les bras. C’est vraiment un super mec."

Federico Balzaretti a joué trois saisons aux côtés de l’international italien à la Roma. Les deux ont gardé un très bon contact et l’ancien latéral gauche valide la personnalité très facile de Florenzi: "C’est un garçon exceptionnel, très travailleur, très sérieux et très famille. C’est facile de bien s’entendre avec lui."

Bompard: "Alessandro réfléchit constamment sur le terrain"

Fred Bompard se souvient d’un joueur en constante réflexion sur le terrain. "Florenzi réfléchit beaucoup quand il est sur la pelouse, il est intelligent et il avait une culture tactique au-dessus de la moyenne", explique-t-il. Est-ce un héritage de sa polyvalence, lui qui peut jouer comme latéral droit, relayeur, milieu de côté et ailier? "Rudi disait que c’était un couteau suisse. C’est lui qui l’a mis latéral droit parce que Maicon avait un gros souci de genou. Et il s’est rapidement adapté à ce poste avec nous. On se demandait s’il pourrait défendre comme un latéral, mais il s’est bien adapté. Au point où il est devenu le titulaire du poste dans notre esprit."

Federico Balzaretti renchérit sur la polyvalence du défenseur italien: "C’est une vraie force. Il pourra jouer plus haut sur le terrain si Tuchel le veut. Quand une équipe a beaucoup le ballon comme le PSG, Alessandro est un profil très intéressant. Il est utile pour construire le jeu, de sa propre surface jusqu’à la surface adverse. Techniquement il est très propre, notamment sur les centres. Il apportera des choses très différentes de Kehrer qui n’est pas assez décisif offensivement."

Grégoire Defrel a peu de doutes sur la réussite de l’Italien à Paris et rappelle sa relation sur le côté droit de l’équipe alors entraînée par Eusebio Di Francesco, demi-finaliste de la Ligue des champions cette saison-là. "Quand je suis arrivé, je devais plutôt être une solution comme numéro 9 avec Dzeko et la Roma devait prendre un ailier droit de top niveau, se souvient le Français, aujourd’hui à Sassuolo. Mais ça ne s’est pas fait, donc j’ai beaucoup joué à droite, avec Florenzi derrière moi. C’est agréable de jouer avec lui car, déjà, les ballons arrivent bien avec ses qualités techniques, mais aussi c’est un latéral qui prend beaucoup le couloir et passe toujours dans ton dos, te permettant de te réaxer ou de jouer avec lui sur le côté."

Paolo Rongoni a apprécié la lecture des situations de Florenzi. "Il possède une grande intelligence sur le terrain et il se faisait d’ailleurs remarquer car il faisait la bonne chose au bon moment et c’est ce qui fait le haut niveau", affirme le préparateur physique transalpin avant d’enchaîner sur un autre trait de caractère du nouveau joueur du PSG: "Il a du caractère, c’est un joueur qui mettait le pied voire la tête partout. Je pense qu’il a toujours ce petit grain de folie qui lui permettait de faire des choses extraordinaires." Son but du milieu de terrain contre le Barça en Ligue des champions (septembre 2015) ou son retourné contre le Genoa (janvier 2014) sont deux exemples marquants.

Son jeu a évolué après ses blessures au genou

"C’est sûr que ses deux blessures au genou ont été préjudiciables pour lui, notamment en terme de réactivité et de dynamisme, nous explique Federico Balzaretti. C’est une conséquence normale et c’est logique que son style de jeu ait évolué. Ça n’en reste pas moins un très bon joueur et dans ce mercato où, à part à Chelsea, il n’y a pas d’argent, c’est une bonne recrue et un très bon profil pour le PSG."

Alessandro Florenzi fait aussi l’unanimité sur ses qualités techniques. Pour son ancien coéquipier à la Roma, c’est sans doute une des raisons décisives dans l’arrivée du joueur à Paris. "Pied droit ou pied gauche, il n’a pas de problème et il a en plus une bonne qualité de centre et de frappe", ajoute Balzaretti. Grégoire Defrel abonde: "C’est un joueur très technique pour un défenseur. C’est aussi un bon centreur et c’est décisif pour les attaquants. C’est un petit gabarit, mais il se rattrape sur ses qualités avec le ballon." Le joueur a répété ses gammes lors de son parcours de formation, mais aussi avec Fred Bompard entre 2013 et début 2016. "Dans toutes les séances que j’animais devant le but, il adorait participer pour centrer mais aussi pour finir, se souvient-il. Il était très propre techniquement devant le but et le ballon n’est vraiment pas un problème pour lui."

Paolo Rongoni ajoute une dernière caractéristique au portrait de l’ancien capitaine de la Roma, en rapport avec son travail quotidien de préparateur physique: "Une équipe a également besoin de porteurs d’eau et lui il sait très bien ce qu’il doit faire. On peut compter sur lui. Il est capable de répéter les efforts, avec un bon volume de jeu. Je n’ai aucun doute sur le fait qu’il s’adaptera très bien à Paris."

Johann Crochet