RMC Sport

PSG : Blanc ne condamne pas les fêtards

Présent en conférence de presse à la veille de la réception de Rennes ce vendredi (20h30, 36e journée de Ligue 1), Laurent Blanc est brièvement revenu sur l’escapade à Las Vegas de plusieurs de ses joueurs, après leur succès en finale de la Coupe de la Ligue. Sans la condamner.

Il avait flairé le « truc » d’entrée. Humé l’air, pris le pouls de l’assistance. « Je vous vois venir. Je vous vois là… autant anticiper. » Les clichés de certains de ses joueurs – Zlatan Ibrahimovic, Javier Pastore, Salvatore Sirigu et Marco Verratti – ayant fuité sur la Toile, Laurent Blanc se savait attendu sur la virée de ces derniers à Las Vegas, après le succès du PSG en finale de la Coupe de la Ligue face à Lille (2-1).

Ces vacances improvisées, qui auront duré 48 heures, s’inscrivaient dans les trois jours de repos qu’avait accordés le Cévenol à son groupe. « On avait besoin de ses trois jours, a répété l’ancien entraîneur de Bordeaux en tout début de conférence de presse. On a joué sept matches en vingt-et-un jours en avril. J’espère qu’ils en ont bien profité. »

Blanc : « Je n’ai pas à commenter ce qu’ils font »

Mais c’est sur l’une des dernières questions des médias présents à l’auditorium du Camp des Loges que Laurent Blanc s’est véritablement exprimé sur le sujet. Avec fermeté et le verbe haut. « Ce que je pense du séjour de mes joueurs à Las Vegas ? Je ne pense rien. Je ne commente rien des vacances de mes joueurs. Ils font ce qu’ils veulent. Ils ont eu trois jours de repos. Je leur ai donné trois jours de repos. Quand je donne trois jours, je n’ai pas à commenter ce qu’ils font. C’est leur vie privée. Ce qui m’intéresse, c’est que lorsqu’ils reviennent, ils soient motivés pour gagner des matches. Point. »

Avant de finir sur une note plus légère. « On aura deux jours de congés après le match de Rennes, que je ne commenterai pas, a conclu Blanc. Peut-être que cette fois, les joueurs choisiront d’aller à Amiens. Je pense que ça vous intéressera beaucoup moins. » Cela aura, c’est sûr, beaucoup moins de retentissement.