RMC Sport

PSG - Cabaye : « Peut-être que les doutes vont partir »

Yohan Cabaye

Yohan Cabaye - -

Officiellement présenté ce mercredi au Parc des Princes, Yohan Cabaye a confié son impatience à relever le challenge du PSG. Et sa détermination à effacer les doutes que certains de ses nouveaux coéquipiers auraient émis à son égard.

Yohan Cabaye, vous voilà désormais un joueur du PSG...

Je suis vraiment très fier de pouvoir participer à ce projet immense que veut construire le PSG. Je suis pressé de commencer avec ma nouvelle équipe, de découvrir mes nouveaux coéquipiers. Aujourd’hui, le PSG est difficilement refusable pour un joueur. J’ai envie de gagner des titres et je pense que le PSG m’offre cette perspective. Pour moi, il n’y a pas eu d’hésitation. J’ai accepté l’offre de suite.

Newcastle n'était plus assez ambitieux pour vous ?

J’ai passé deux ans et demi extraordinaires à Newcastle. Ils m’ont permis de connaitre la Premier League et de m’éclater également. J’étais dans un bon club, une bonne équipe mais le championnat est tellement relevé qu’on a eu du mal à accrocher cette Ligue des champions. La première saison, on n’était pas très loin. La deuxième, ça a été plus compliqué. On avait un commun accord et je n’ai pas pu partir cet été. L’occasion s’est présentée cet hiver, ils ont respecté l’accord, donc je leur dis un grand merci. Je n’oublierai pas mes deux ans et demi là-bas, je me suis régalé.

Vous quittez un club en cours de saison, dans lequel vous étiez un cadre, et ce durant une année de Coupe du monde. C'est une très grosse mise en danger

Oui, mais comme j’ai pu prendre le risque aussi de partir de Lille pour Newcastle à un an du championnat d’Europe, dans un pays et un championnat que je ne connaissais pas. Je me suis adapté assez rapidement. Je ne me suis pas posé de questions. Et ça a été la même chose ici. C’est vrai que dans six mois il y a la Coupe du monde. Si je suis ici, c’est que c’est mon destin. J’ai confiance en ce que je peux faire. J’ai aussi la conscience d’arriver dans un très grand club, où il y a une équipe qui a fait une très bonne première partie de championnat. J’ai aussi la conscience d’arriver dans un très grand club. Ce sera à moi de m’adapter à mes nouveaux coéquipiers et de tout faire pour prouver que je peux participer aussi.

Quelle a été la principale raison de votre venue : retrouver Laurent Blanc, la Ligue des champions, avoir de meilleures conditions financières ?

Avoir l’opportunité de gagner des titres. Je peux faire partie de ce projet. Pour moi, c’est la chose la plus importante. Retrouver Laurent Blanc a été un grand plus. Mais cela ne m’accorde pas un temps de jeu quasiment sûr.

Avez-eu des discussions avec Laurent Blanc concernant la concurrence au milieu de terrain ?

J’arrive dans un très grand club européen. Ce qui veut dire concurrence à chaque poste. Le milieu est très, très bon. Mais je suis là avec mes qualités. Le coach ne m’a donné aucune garantie. Ce sera à moi d’aller chercher du temps de jeu. Il n’y a aucun problème par rapport à ça. La concurrence fait avancer une équipe et elle me fera avancer aussi.

« Personne ne pouvait m'enlever de la tête de jouer au PSG »

Vous allez entrer en concurrence notamment avec Thiago Motta et Marco Verratti. Que vous inspirent-ils ?

Je suis impatient de pouvoir les côtoyer, ce sont d’excellents joueurs. Ce qui me plaît chez Thiago Motta surtout, c’est sa mentalité de toujours vouloir gagner. Il doit être très professionnel. J’ai envie d’apprendre à côté de ces joueurs pour m’améliorer sur certains points. J’ai vraiment hâte de pouvoir les connaître demain (jeudi).

Avez-vous entendu parler d'un certain scepticisme de Zlatan Ibrahimovic et de Thiago Silva à votre égard ?

J’ai entendu oui, mais personne ne sait si c’est vrai ou pas. Chacun est libre de penser ce qu’il veut et dire ce qu’il a envie. Il y a un endroit où je veux montrer que je peux faire partie de cette équipe et de ce projet, c’est sur le terrain. Si j’arrive à faire de bonnes prestations et à rendre la confiance qu’on m’accorde, peut-être que les doutes vont partir à mon sujet. Mais ça ne me fait rien.

Cet été, vous n'avez pas réussi à rejoindre Arsenal. Etiez-vous vraiment proche d'un accord avec ce club ?

Il y a eu une offre d’Arsenal cet été qui a été rejetée. Les discussions se sont un peu arrêtées. Il y avait de l’intérêt mais Newcastle n’a pas donné suite. C’était leur choix. C’était difficile à accepter au début, mais avec du recul et ce qu’on a pu faire les six premiers mois, ça a été une bonne décision.

Avez-vous discuté avec Blaise Matuidi ou Didier Deschamps de votre choix ?

Aucun des deux. Je rentre en France. Je connais certains joueurs. Mon choix était fait. Personne ne pouvait m’enlever de la tête de jouer au Paris Saint-Germain. Voilà pourquoi je n’ai pas cherché à prendre des avis à droite ou à gauche.

Verratti suspendu, Rabiot incertain, vous avez des chances de débuter avec votre nouvelle équipe dès vendredi contre Bordeaux. Etes-vous impatient à l'idée de jouer avec le PSG ?

Je suis pressé, excité de pouvoir débuter. Je l’espère. Mais je suis prêt à pouvoir enfin enfiler mes nouvelles couleurs et à représenter le Paris Saint-Germain. Je me sens en forme. J’espère pouvoir être sur la feuille de match et participer vendredi soir.

A lire aussi :

>> Cabaye au PSG, c'est fait !

>> PSG : les trois arguments qui ont convaincu Cabaye

>> Les supporters du PSG (déjà) séduits par Cabaye

Propos recueillis par L.B et M.Bo