RMC Sport

PSG-Caen : le geste "très limite" de Zlatan

Le geste spectaculaire de Zlatan lors de PSG-Caen

Le geste spectaculaire de Zlatan lors de PSG-Caen - AFP

Zlatan Ibrahimovic a ouvert le score ce samedi lors de PSG-Caen dès la 2e minute, sur un ballon aérien qu’il a repris du pied droit. Pour Joël Quiniou, le geste du Suédois est maîtrisé mais « très limite ».

Depuis que la Ligue 1 voit évoluer Zlatan tous les week-ends, elle a pris l’habitude de le voir tenter, et souvent réussir, des gestes spectaculaires. Ce fut à nouveau le cas ce samedi à la 2e minute de PSG-Caen. Sur un centre de Serge Aurier, l’attaquant suédois du PSG reprend le ballon dans les airs avec une extension de la jambe droite. Rémy Vercoutre, le gardien caennais, est battu. Alaeddine Yahia, l’un de ses défenseurs, arrive lui un peu en retard par rapport à Ibrahimovic et pourrait estimer que le pied du Parisien est trop haut. Frank Schneider, l’arbitre de cette rencontre de la 25e journée de Ligue 1, a validé le but.

 « On a le sentiment qu’Ibra maitrise son geste, explique Joël Quiniou, ancien arbitre international et consultant RMC. Son pied vient toucher le ballon. Il n’en demeure pas moins que cela reste très limite. Le pied de Zlatan, qui est en l’air, au-dessus de la ceinture, effleure le visage de Yahia. La notion de dangerosité est réelle. Mais elle reste à l’appréciation de l’arbitre, qui a plutôt considéré que le fait d’avoir maitrisé son geste a compté davantage que d’avoir effectué une action dangereuse. »

« On doit faire confiance à l’arbitre »

« C’est vraiment difficile à juger, estime Quiniou. Il faut le sentir, quand on est sur le terrain. Il est vrai qu’il y a des jeux dangereux beaucoup plus spectaculaires. » Pour l’ancien arbitre international, la polémique du week-end dernier autour d’OL-PSG ne doit en tout cas pas influer sur cette action. « Il ne faut pas se focaliser sur le contexte de ces dernières semaines, souligne-t-il. On doit faire confiance à l’arbitre dans cette prise de décision, qui n’est pas facile, mais qu’on aurait pu également apprécier autrement. »