RMC Sport

PSG-Guingamp : La difficile équation parisienne

Edinson Cavani

Edinson Cavani - -

Travailler le projet de jeu mis en place par Laurent Blanc tout en accumulant victoires et points, le tout face à des « petits » prêts se défendre. Un défi auquel devra encore faire face le PSG ce samedi (17h) au Parc face à Guingamp.

La donne se raconte dans la bouche de Jocelyn Gourvennec, entraîneur de Guingamp. Quand David prévient Goliath… « Pour les Parisiens, c’est plus sympa de jouer des gros matches, explique celui qui a joué avec Laurent Blanc à… Marseille. C’est moins fun de recevoir Guingamp et d’autres. C’est un gros match pour nous, moins pour eux. Mais ça reste un match à jouer. » Deux fois 45 minutes et, côté parisien, des certitudes de jeu à travailler. De la confiance à accumuler, aussi. Avec, comme toujours, cette obligation de garder sa concentration pour éviter la déconvenue face à un adversaire (très) inférieur sur le papier.

Après deux matches nuls pour débuter la saison, le PSG a enclenché la marche avant dimanche dernier, à Nantes, avec une première victoire en championnat (2-1). Un succès qui ne demande qu’à faire des petits dès ce samedi contre Guingamp, au Parc (17h), pour une rencontre où les hommes de Laurent Blanc tenteront une nouvelle fois de marier l’objectif de la victoire avec celui de poursuivre les progrès dans l’expression collective mise en place par leur nouvel entraîneur. Parfois plus facile à dire qu’à faire… Surtout face à des équipes pas toujours fidèles à leur plan de jeu au moment de se frotter aux superstars parisiennes.

Blanc : « Aligner une équipe offensive pour faire parler notre force devant »

« Guingamp est une équipe joueuse mais il faudra voir la méthode qu’elle va entreprendre face au PSG, explique Blaise Matuidi. Depuis l’an dernier, on a vu beaucoup d’équipes qui se disaient joueuses mais qui changeaient leur façon de faire une fois arrivées au Parc. Mais on ne va pas se concentrer sur eux, on va se concentrer sur notre jeu. Contre Ajaccio (1-1, ndlr), il ne nous a manqué que les buts mais on s’est procuré beaucoup d’occasions. Si on fait le même match, ou comme lors des 35 premières minutes contre Nantes, il ne devrait pas y avoir de souci. A moins qu’il n’y ait un autre Ochoa… »

Plus diplomate, Laurent Blanc n’enfonce a priori pas les intentions guingampaises, préférant se concentrer sur ce que doivent faire les siens. « Face à Guingamp, il va falloir aligner une équipe offensive pour faire parler notre force devant, indique le coach parisien. Je connais l’entraîneur de Guingamp, ce ne serait pas étonnant qu’ils veuillent jouer. Mais nous aussi on voudra la possession. Qui aura le plus le ballon ? On verra mais ça devrait être une belle bataille. » Savoir gagner tout en progressant, difficile équation parisienne. Qui se gère tout de même mieux avec des joueurs de calibre mondial. « L’équipe qui a le plus de pression au monde, c’est le Brésil, rappelle Gourvennec. Les joueurs qui ont l’habitude de jouer dans cette équipe peuvent subir toutes les autres pressions. Et le capitaine du PSG, Thiago Silva, est aussi celui de la Seleçao. Donc c’est vrai qu’ils ont une beaucoup de maitrise et de force. » Quand on s’appelle Goliath et que les David se présentent face à vous presque chaque semaine, ça peut servir.

A lire aussi :

>> Matuidi : "Toujours des choses à régler"

>> Du PSG à Liverpool, Sakho file à l'anglaise

>> Nantes-PSG : Paris se lance dans la douleur

Alexandre Herbinet avec L.B. et P.-Y.L.