RMC Sport

PSG – Nice : Et un, et deux, et trois Ibra !

Zlatan Ibrahimovic

Zlatan Ibrahimovic - -

Porté par un grand Ibra, auteur d’un triplé, le PSG a facilement dominé Nice (3-1) et effacé sa piteuse prestation contre Anderlecht en Ligue des champions. Lille, provisoirement relégué à cinq points, est sous pression.

En football, la meilleure façon d’oublier une mauvaise performance, c’est de gagner le match qui suit. Thérapie on ne peut plus simple, évidente même, mais qui prend véritablement tout son sens si l’équipe concernée ajoute la manière au résultat. Attendu au tournant après son nul aussi poussif que décevant mardi en Ligue des champions face à Anderlecht (1-1), Paris a presque respecté à la lettre cette marche à suivre. Bien aidé, il faut le dire, par une équipe de Nice venue pour jouer et non pas pour bétonner, à l’image d’une défense haute et d’un pressing important en début de rencontre. Mais surtout bien aiguillé par son goleador suédois, Zlatan Ibrahimovic, auteur d’un triplé (3-1). Son deuxième en Ligue 1. Son premier au Parc.

Depuis son retentissant quadruplé en Belgique, l’intéressé s’était fait plutôt discret. Pas à son avantage à Saint-Etienne (2-2), ménagé contre Lorient (4-0), il avait évité le pire aux siens mardi en C1. Ce samedi, Ibracadabra a régalé le Parc de quelques arabesques dont il a le secret, à l’image d’un superbe ballon piqué pour Cavani dans la surface, offrande complètement gâchée par l’Uruguayen. Mais l’ancien Milanais a surtout contribué à la balade parisienne sur la pelouse du Parc des Princes. Pas découragé par les deux buts logiquement refusés à sa formation, dont le sien (28e) quelques minutes après celui de Cavani (21e), le Scandinave était là pour reprendre un long centre de van der Wiel, mal apprécié par Luca Veronese (39e).

50 buts en 63 matches avec le PSG

Le jeune portier azuréen (22 ans), propulsé numéro un en raison des blessures d’Ospina et d’Hassen, avait assuré avant le match à son coéquipier Eric Bauthéac qu’il ne prendrait pas de but au Parc. Pari manqué et début d’une fin d’après-midi cauchemar pour Veronese. Car le gardien de but niçois, pourtant impeccable face à « Ibra » un peu plus tôt (32e), accrochera Cavani dans la surface, offrant l’occasion au Suédois d’inscrire son 7e but de la saison en Ligue 1. Le 8e – le 15e toutes compétitions confondues – suivra de la tête, une vingtaine de minutes plus tard, à la conclusion du premier centre de Lucas, entré en jeu à la place de Pastore (76e).

Trop dur dans ces conditions pour Veronese et les siens de ne pas perdre pied, bien qu’un temps relancé par un but opportuniste de Pejcinovic (70e). Trop dur de s’opposer à ce PSG si enthousiaste, visiblement bien déterminé à effacer le match… Quel match d’ailleurs ? Celui d’Anderlecht ? « Ce match est à oublier » avait annoncé, demandé même Laurent Blanc à ses joueurs vendredi. 24 heures plus tard, le contrat est rempli. Grâce à un Zlatan de nouveau en feu (11 des 16 tirs du PSG samedi), auteur de ses 48, 49 et 50e but sous le maillot parisien en… 63 matches toutes compétitions confondues ! Avec cinq points d’avance provisoirement sur Lille, en visite à Guingamp (20h) et cinq sur Monaco, le PSG voit son emprise sur la Ligue 1 s’affirmer un peu plus. Et l’aura de son géant suédois s’accroître encore et toujours.

A lire aussi

>> Monaco en perte de vitesse

>>Comment le PSG peut devenir le club le plus riche du monde ?

>> Toute l'actualité de la Ligue 1

A.D