RMC Sport

PSG : Sirigu, l’étrange calcul

-

- - -

Convoqué par M.Thual après les échauffourées qui ont émaillé la fin du match Evian-PSG (0-1) dimanche, le gardien parisien Salvatore Sirigu ne s’est pas présenté devant l’arbitre. Un choix qui pourrait lui coûter cher.

Une provocation de Blaise Matuidi envers le banc d’Evian a suffi à mettre le feu aux poudres. Alors que M.Thual vient de signifier la fin du match aux 20 acteurs (Verratti et Beckham expulsés), un attroupement se forme et vire aussitôt à l’échauffourée. Le gardien parisien Salvatore Sirigu accourt depuis son but et choisit les coudes au verbe. Une première fois écarté par un membre du staff, l’international italien revient à la charge pour quelques secondes avant d’être définitivement éloigné.

Le calme revenu, l’arbitre le convoque en compagnie de l’attaquant d’ETG Saber Khlifa. Si ce dernier se présente devant M.Thual et écope d’un carton rouge, Sirigu refuse de quitter les vestiaires sur le conseil de ses dirigeants. « Je suis resté un petit peu à la fin à discuter avec M.Thual. Saber Khlifa, lui, est revenu, raconte le milieu d’Evian Cédric Barbosa, invité de Luis Attaque sur RMC ce lundi. Pour Sirigu, l’excuse que j’ai entendue, c’est qu’il était déjà sous la douche… » L’arbitre n’a donc pas pu adresser de carton rouge à l’Italien.

Evian réclame l’équité

Mais le rapport d’instruction de M.Thual ne devrait pas éluder le comportement du portier parisien. Sirigu, dont le cas sera examiné par la commission de discipline jeudi, pourrait d’abord être suspendu à titre conservatoire avant que la commission ne statue définitivement sur le dossier. La manœuvre parisienne consistant à éviter la suspension automatique de Sirigu pour la réception de Valenciennes dimanche (21h) n’est donc pas sûre d’aboutir. C’est ce qu’espèrent les dirigeants d’Evian, au nom de l’équité sportive.

« J’ai envie que les règles soient les mêmes pour tout le monde. Cette petite astuce administrative pourrait permettre à Sirigu de jouer samedi prochain, alors que ça ne permettra pas à Khlifa de le faire, regrette le président d’ETG Patrick Trotignon. Même si je ne veux pas jouer les justiciers, je dis que dans ce genre d’affaire, il devrait y avoir une certaine équité. » Cédric Barbosa s’étonne même du coup de bluff parisien : « Les dirigeants du PSG n’ont pas tout compris. Le respect, c’est au moins de venir. Le problème, c’est qu’il pourrait avoir plus de soucis que s’il était venu. » Paris a pris le risque.

A lire aussi :

>> PSG : une nervosité chronique

>> Leonardo : « Il ne faut pas faire la morale »

>> ETG - Barbosa : « Matuidi m'a dit qu'il avait craqué »

S.R. avec M.Bo.