RMC Sport

PSG : Un Camp des Loges très retranché

-

- - -

Le PSG peut être champion de France ce week-end et consacrer une saison réussie en Ligue 1, comme en Ligue des champions. Mais pour les fans qui veulent approcher leurs idoles, la partie n’est pas facile. Reportage au centre d’entraînement parisien.

Au Camp des Loges version qatarie, les supporteurs du PSG sont priés d’attendre. En ce mercredi, à quatre jours de la réception de Valenciennes, qui peut sacrer l’équipe de Carlo Ancelotti championne de France, l’entraînement était à huis clos. Comme d’habitude. Les fans, une trentaine dont une poignée de Japonais, étaient cantonnés à l’extérieur du parking. Avant, ils pouvaient y accéder et prendre des photos de la séance, avant de leur demander des autographes.

Aujourd’hui, le parking est bâché. Aux couleurs du nouveau PSG, mais à l’abri des regards. Les amoureux du club doivent monter sur une main courante pour admirer… les belles Allemandes. Riu Tajima arrive de Tokyo pour voir Zlatan Ibrahimovic. Il espère une dédicace sur son maillot floqué du n°18. Il repartira sans avoir vu le Suédois. Il monte sur la main courante, filme les berlines et garde le sourire. « Je voulais voir, j’aime le PSG, je regarde le PSG à la télévision japonaise », explique-t-il dans un mauvais anglais. Plus loin, trois jeunes, dont deux filles, patientent aussi. « On guette les joueurs, c’est long, et il fait froid. Ils passent sans nous voir, mais bon… » Marco Veratti, adossé à sa voiture, claque la bise à des connaissances.

Un supporteur japonais : « Je suis venu voir Beckham »

Pendant ce temps, entre les bâches rouges et bleues, trois petits enfants tapent le ballon. Un homme gare sa Twingo et sort, un maillot du club à la main, en quête d’une dédicace. « Allez, c’est parti… mais c’est vrai que depuis la venue des grands internationaux, c’est moins convivial. » Tout d’un coup, un frisson parcours l’attroupement. Les agents de sécurité commencent à aller et venir. L’arrivée des joueurs ? Un passage a été installé pour leur permettre de venir rencontrer leurs admirateurs. Mais il reste vide le plus souvent. Manière aussi d’éviter les journalistes, puisque les joueurs ont pour consigne de ne pas s’exprimer.

Les futurs champions de France préfèrent rester à bord de leur voiture. Arrivent Sylvain Armand (concentré), Mamadou Sakho (souriant), Jérémy Ménez (accessible) et David Beckham (professionnel). Le Spice Boy, bras tatoué, signe, dédicace, se prête au jeu des photos. Un agent dit stop aux Japonais : « C’est la quatrième, c’est bon, ça suffit ! » L’Anglais démarre et fait crisser son « Allemande », qui file dans la grisaille de Saint-Germain-en-Laye. « Je suis venu voir Beckham », soupire un des Japonais. Vu ou aperçu, il devra s’en contenter.

A lire aussi :

>> Mendes, un agent en infiltration

>> Fernandez : « Mourinho m’a dit… »

>> Mourinho ou le début des grandes manœuvres ?

Louis Chenaille (avec J.R.)