RMC Sport

Puel : « Le projet niçois méritait d’être exploité »

Claude Puel

Claude Puel - -

Invité de l’After sur RMC, le nouvel entraîneur de l’OGCN est revenu sur son année sabbatique ainsi que sur son choix de replonger sur un banc de Ligue 1.

Après trois ans de hauts et de bas à l’Olympique Lyonnais, qu’avez-vous fait durant cette année sabbatique ?

J’ai profité de ma famille. Depuis que je suis dans le monde professionnel, j’ai enchainé ma carrière de joueur et ma carrière d’entraîneur. Les moments passés avec ma famille étaient rares, donc là, d’une manière tout à fait égoïste, j’en ai bien profité. Cela m’a également permis de voir beaucoup de matchs à l’étranger, que ce soit en Espagne ou en Angleterre. C’était certes une année sabbatique mais durant laquelle je me suis bien occupé.

Vous n’avez en revanche jamais imaginé prendre une deuxième année sabbatique…

Non. Je ne voulais pas prendre non plus une équipe en cours de saison, mais au tout début, pour bien travailler avec le groupe et bien préparer la suite. Et puis j’avais failli repartir avec un club directement après l’OL. J’étais en contact avec une formation espagnole (le FC Séville, ndlr) mais mon départ de l’OL est intervenu tardivement et cela ne s’est pas fait.

Pourquoi avoir accepté la proposition de Nice ?

Je ne suis pas un entraineur spécialement carriériste. Je fonctionne plutôt par coups de cœur et ma rencontre avec le président Rivère en a été un. Même s’il est nouveau dans le football, c’est quelqu’un de lucide et qui a vite compris le challenge niçois et ses difficultés. Je ne me prédestinais pas à venir à Nice mais il y avait un projet qui me paraissait intéressant, crédible et qui méritait d’être exploité. J’espère que nous y arriverons.

« Le PSG peut être une locomotive pour le championnat »

Pensez-vous que les gens ont été surpris de vous voir débarquer à Nice, vous qui avez entrainé des clubs plus prestigieux comme Lyon, Lille ou Monaco ?

J’ai eu un agréable retour des gens. Ils ne sont pas restés sur une opinion basique. Ils voient derrière le potentiel qu’il peut y avoir à Nice, avec sa région, son nouveau stade, ses supporters…Il y a quelque chose à développer. Je ne sais pas combien de temps Nice mettra pour arriver au haut niveau voire au très haut niveau, mais il faut avoir cette perspective-là. C’est pourquoi je veux m’inscrire sur du long terme.

Vous avez la réputation d’appliquer une philosophie plutôt défensive dans vos clubs. Qu’en sera-t-il avec les Aiglons ?

C’est vrai qu’on enferme facilement les personnes dans des carcans. A Lille, nous avions terminé deuxième du championnat (en 2004-2005, nldr) avec beaucoup de joueurs issus de L2, de National et de CFA. On n’obtient pas ce genre de résultats en ne jouant que défensif. Lors du titre avec Monaco en 2000, nous étions la deuxième meilleure attaque. Ce ne sont que des réputations ! Si Nice veut franchir un palier, il devra être performant dans tous les domaines.

L’an dernier, l’OGCN souffrait de manques dans le compartiment offensif, comptant souvent sur les défenseurs pour marquer des buts. Comment allez-vous changer la donne et souhaitez-vous recruter des joueurs d’attaque ?

L’an dernier, les défenseurs ont marqué plusieurs buts, ce qui est très bien. Mais il y a en effet une volonté du club et de ma part de renforcer le groupe, de l’améliorer sur le plan technique et de l’efficacité. Après il y a également des réalités économiques. Des joueurs d’avenir qui étaient libres nous ont rejoints. J’espère que nous aurons la possibilité de prendre d’autres éléments offensifs mais cela dépend aussi des joueurs qui vont partir.

Qu’en est-il du cas Ospina, très sollicité cet été ?

Il lui reste un an de contrat et nous étudions les offres. Mais qu’il reste avec nous ou qu’il nous quitte, nous avons paré à toutes les éventualités.

Votre avis sur le mercato exceptionnel du PSG ?

Je le vois de façon assez positive. Le football français ferait bien d’être compétitif sur la scène européenne. Paris peut être une locomotive de notre championnat, même si on sait que derrière il y a toute une stratégie qui dépasse le cadre sportif.