RMC Sport

Puel se fiche des contrariétés

-

- - -

La grave blessure d’Ederson n’a pas chamboulé les plans de Claude Puel à 24 heures d’affronter Caen à d’Ornano. Le début de saison lyonnais n’est pas un long fleuve tranquille avec l’indisponibilité de Lisandro Lopez mais Puel ne montre rien.

Il y a une semaine, Claude Puel se prenait dans la figure le feu des questions lorsqu’il a annoncé que son recrutement était clos avec pour seule et unique arrivée Jimmy Briand. Le technicien doit maintenant maudire la première sélection d’Ederson avec le Brésil mardi face aux Etats-Unis. Il a récupéré son milieu défensif avec une rupture totale des muscles ischios-jambiers. Une blessure qui facture six mois d’absence. Pourtant, Puel n’a pas dévié d’un iota son discours sur le mercato : « On verra les opportunités s’il y en a d’ici fin août. On a un effectif conséquent avec du monde au milieu de terrain et des joueurs très performants. Je ne vais pas changer sur un deuxième match ». Cette blessure ne devrait presque rien changer dans l’entrejeu car le club est suffisamment fourni avec Kim Källstrom, Jean II Makoun voire le jeune Clément Grenier, champion d’Europe des moins de 19 ans, pour remplacer le Brésilien aux côtés de Maxime Gonalons. Peu de chances donc de voir Jérémy Toulalan revenir à son poste de prédilection après avoir glissé en défense centrale aux côtés de Cris. La faiblesse lyonnaise en charnière explique ce choix. Dejan Lovren n’est toujours pas prêt.

Ne pas griller Delgado

L’autre interrogation lyonnaise réside dans l’état de santé de Lisandro Lopez. Le meilleur buteur rhodanien la saison dernière se remet doucement de sa blessure au tendon d’Achille. L’Argentin s’est entraîné trois fois mais ne sera pas dans le groupe contre Caen à d’Ornano dimanche à 17 heures. Idem pour Cesar Delgado. L’autre gaucho va bien mais pas question de le griller trop vite. Lyon a raté son départ dans la Ligue 1 la semaine dernière avec un match nul à Gerland contre Monaco (0-0). L’an passé, c’est dans ce début de saison que les Lyonnais avaient abandonné de grands espoirs de titre. Avant d’aller respirer l’air normand, Claude Puel a définitivement fermé la porte à un transfert de Michel Bastos à qui la Juve faisait les yeux doux. « Michel sera avec nous. Il a envie d’être ici », a coupé court Puel. Tout n’est pas si noir.

M.M avec Edward Jay à Lyon