RMC Sport

Quelles conséquences dans la course au titre ?

L’annonce du départ de l’entraîneur marseillais pose forcément problème à l’heure où l’OM est engagé dans le sprint final du championnat.

L’annonce du départ d’Eric Gerets a fait l’effet d’une bombe à Marseille. D’autant que le club marseillais est toujours en course pour remporter un titre de champion de France qui le fuit depuis 1992. Quelle va être dans ces conditions la réaction d’un groupe de joueurs qui entretenaient avec leur entraîneur un rapport quasi fusionnel ? Lancés à corps perdu dans la course au titre, Cana et ses équipiers seront-ils perturbés par cette nouvelle ?

Vu la force mentale dégagée par le groupe olympien depuis plusieurs semaines, il n’y a pas lieu d’être inquiet. C’est en tout cas l’avis d’un proche du club. « Je les sens très sereins, forts dans leur tête et sûrs de leur force. Cela se ressent à tous les niveaux, aussi bien dans le groupe que chez les dirigeants. » Pour autant, un tel événement ne peut pas être neutre. Surtout à cinq journées de la fin.

Après la déflagration de son annonce, Eric Gerets va se retrouver isolé. Sera-t-il en mesure de conserver sa lucidité, son influx et son autorité pour diriger son groupe jusqu’à la victoire finale ? L’homme a l’habitude de la pression. Il sait en jouer, la plupart du temps, avec humour et bonhommie. Il connaît surtout tous les pièges de ce contexte particulier. Si la situation ne dépendait que de lui, il n’y aurait aucun problème.

Or, d’autres questions se posent. Notamment, dans l’optique du prochain mercato. A l’heure où, normalement, les discussions devraient déjà avoir débuté entre le club et certains joueurs, le départ de Gerets complique sérieusement les relations. Quid d’un Valbuena, par exemple, qui considère le Belge comme son père ? Le départ de ce dernier ne l’incitera-t-il pas à écouter plus attentivement les sollicitations ? D’autres joueurs, proches de leur entraîneur, pourraient également se poser quelques questions quant à leur avenir. De là à ce que cela perturbe leurs performances sur le terrain, il n’y a qu’un pas que les supporters marseillais refusent obstinément de franchir. On les comprend.

La rédaction - Marc Ambrosiano (RMC Sport)