RMC Sport

Ranieri ne veut plus entendre parler de la sélection italienne

Claudio RANIERI

Claudio RANIERI - AFP

Ce vendredi, à deux jours du déplacement à Marseille, le coach du FC Nantes, Claudio Ranieri, est revenu une dernière fois sur la nomination du futur sélectionneur italien qui semble lui échapper. Pour lui, le sujet est clos.

"La Nazionale c’est vous qui en avez parlé, aujourd’hui je suis hors-jeu donc on en parle plus". Claudio Ranieri n’y est pas allé par quatre chemins en conférence de presse, avant le choc de dimanche (21h) face à l’OM. Interrogé sur la short-list des candidats retenus pour le poste vacant de sélectionneur de l’équipe d’Italie, l’entraîneur nantais a souhaité clore le débat. Pourtant, dans Team Duga, il avait récemment clamé haut et fort sa grande fierté si l’opportunité de prendre en mains la Squaddra Azzura se présentait. Mais depuis, l’ancien entraîneur monégasque a été refroidi. Principal responsable: Alessandro Costacurta. Le vice-président de la fédération italienne de football chargé de l’épineux dossier du nouveau sélectionneur italien a récemment douché les espoirs de l’ancien entraîneur monégasque. En annonçant d’abord une liste de trois noms, composée de Antonio Conte, Roberto Mancini et Luigi Di Biagio. En ajoutant ensuite qu’il pensait que Conte serait celui qui pourrait faire le meilleur travail.

A nouveau président, nouveau sélectionneur?

Mais l’instabilité qui règne autour de la fédération italienne de football (FIGC) pourrait à nouveau mettre le sujet sur la table dans les mois à venir. Engluée dans une crise de gouvernance et incapable d’élire un nouveau président depuis l'élimination de la Nazionale en barrages pour le Mondial 2018, la FIGC avait été mise sous tutelle par le comité national olympique italien. Un administrateur avait été nommé à sa tête, et Alessandro Costacurta avait été désigné pour l’aider à trouver l’homme providentiel. Une chose est sûre, c’est bien l’ancien international Luigi Di Biagio, jusqu’alors entraîneur des Espoirs italiens, qui sera le sélectionneur par intérim de la Squadra Azzurra. Il s’installera sur le banc transalpin pour les prochains matches amicaux de l’Italie, le 23 mars contre l’Argentine et le 27 contre l’Angleterre. Mais à court terme, l’élection d’un nouveau président pourrait donner lieu à un nouveau remaniement. De son côté, Claudio Ranieri va désormais pouvoir se concentrer sur la fin de saison en Ligue 1. Sixièmes, à égalité de points avec Montpellier, les Canaris se déplaceront au Vélodrome avec l’ambition de se relancer après leur défaite à domicile contre Amiens lors de la 27e journée. Ranieri n’a pas encore dit stop à la Ligue 1.

VIDEO. OL: Genesio "prend acte" du choix de Geubbels (mais pense qu'il ne fait pas le bon choix)