RMC Sport

Reims: Abdelhamid voulait devenir... expert-comptable

Dans une interview accordée à l'Equipe, le défenseur de Reims Yunis Abdelhamid raconte qu'avant de percer dans le football, il s'est pendant longtemps dirigé vers une carrière de comptable. Et il en garde une certaine aisance avec les chiffres.

Avant de maîtriser les attaquants adverses, Yunis Abdelhamid a longtemps fait face aux problèmes mathématiques. Dans une interview accordée ce samedi à l'Equipe, le solide défenseur marocain de Reims évoque un aspect méconnu de son parcours: sa formation et son goût pour la comptabilité, avant de percer dans le football professionnel.

"J’avais passé des essais à quinze ans à Montpellier mais je n’avais pas été retenu, se souvient-il. En grandissant, je n’avais plus cet objectif de devenir pro, je jouais au foot avec mes copains à Lattes (dans l'Hérault), en futsal dans le quartier, car mon objectif était clair: devenir expert-comptable. [...] Cela vient de mon père. Il avait une entreprise de bâtiment et, quand j’étais au lycée, il me disait que le métier de comptable, qu’il côtoyait souvent, était un beau travail, grâce auquel tu pouvais bien gagner ta vie. J’aimais les maths, les chiffres, je me suis orienté vers la compta, ça m’a plu, et je me suis dit que ce serait mon futur métier."

"J'ai failli ne pas me présenter à Arles-Avignon"

A tel point que quand il a fallu choisir entre le ballon et la calculette, Abdelhamid a longtemps hésité. "À une époque, après mes études, j’ai dû faire le choix entre un contrat de professionnalisation dans un cabinet d’expertise comptable et une place dans l’équipe réserve d’Arles-Avignon. Au début, j’étais plus porté vers la compta et j’ai failli ne pas me présenter au rendez-vous avec le président d’Arles, sourit-il. Mais deux de mes amis m’ont dit d’y aller, que je n’avais rien à perdre."

L'international marocain précise que ses compétences peuvent lui servir dans le milieu du foot. Notamment quand il s'agit d'aller négocier les primes avec son président... "C’est vrai, quand il me voit, il me redoute un peu, s'amuse-t-il. Grâce à mes études, je sais de quoi je parle."

CC