RMC Sport

Reims déplore la "lâcheté" de Guégan

-

- - AFP

Evincé du Stade de Reims le 23 avril dernier, au lendemain de la défaite à Nice (2-0) qui avait fait glisser le club champenois dans la zone rouge, Olivier Guégan s’est fait reprendre de volée par son ancien employeur, qui l’a traité de « lâche » après que ce dernier ait fait part des difficultés rencontrées durant son exercice.

Alors que le club est au bord de la relégation, avec un déplacement périlleux à Marseille ce samedi et la réception de l’OL lors de la 38e et dernière journée, le Stade de Reims et Olivier Guégan s’échangent les "coups". Licencié au lendemain de la défaite à Nice (2-0), le 23 avril dernier, l’ancien entraîneur a confié son amertume dans L’Equipe de ce jeudi, en déclarant notamment que "le métier de président est un métier à plein temps, où l’amateurisme n’a plus sa place". Sans oublier de charger à nouveau son ancienne direction à propos du recrutement qu’il "regrettait de ne pas avoir mené », et de son staff, que Guégan « aurait aimé choisir".

"Une saison chaotique et une moyenne de points famélique" 

La réponse n’a donc pas tardé à tomber du côté du président Jean-Charles Caillot, puisqu’un communiqué acerbe a été publié sur le site internet du club. Dans cette plaidoirie, le Stade de Reims tient à répondre aux attaques de son ex-coach.

"A sa demande, le staff a été reconduit à l’intersaison, et même renforcé en cours d’année, peut-on lire dans ce communiqué. (…) Concernant le recrutement, aucune arrivée ni aucun départ ne s’est fait sans l’aval du coach. (…) Le club a par ailleurs maintenu sa confiance à Olivier Guégan en dépit d’une saison chaotique et d’une moyenne de points famélique. (…) Le Stade de Reims regrette la lâcheté et le manque de reconnaissance de son entraineur, salarié pendant six ans, et qui lui a permis de se former." Un règlement de comptes en bonne et due forme, qui n’aidera sans doute pas le club champenois, 18e de Ligue 1 avec un point de retard sur le Gazélec Ajaccio, à se maintenir dans l’élite.