RMC Sport

Reims-PSG : Paris chasse la décompression

Javier Pastore

Javier Pastore - -

Entre ses succès contre Marseille et son quart de finale retour en Ligue des champions, le PSG ne veut pas tomber dans le piège à Reims, ce samedi après-midi lors de la 27e journée (17h).

Entre une double confrontation contre l’OM et un appétissant quart de finale de Ligue des champions au Parc des Princes contre Valence, difficile de s’enflammer pour un déplacement à Reims. Mais les Parisiens n’ont plus la mémoire courte. Il y a quinze jours, c’est bien entre son exploit à Valence en C1 (1-2) et le choc face à Marseille qu’ils ont chuté à Sochaux, alors relégable (3-2). « C’était surtout un problème mental après notre victoire à Valence, explique Carlo Ancelotti. A Reims, ce sera différent parce que cette expérience, justement, n’avait pas été bonne. »

Si la belle machine parisienne s’est déréglée dans le Doubs (le PSG restait sur 12 victoires en 13 matches toutes compétitions confondues), ce samedi après-midi, au stade Auguste-Delaune, les Parisiens n’auront plus aucune excuse. D’autant que le technicien italien s’est aussi montré rassurant sur l’état de forme de ses troupes après deux matches intenses contre l’OM. « Nous avons pu faire tourner l’effectif, insiste Ancelotti. Les joueurs sont dans une bonne condition physique. » A Reims, le PSG sera toutefois privé Thiago Silva, Jallet, Maxwell, et Thiago Motta, ces trois derniers attendus mercredi contre Valence. Quant à David Beckham, il devrait débuter la rencontre sur le banc.

Ancelotti : « Il n’y aura pas de problème de motivation »

Pour Carlo Ancelotti, l’infernale répétition des matches ne doit pas non plus servir d’excuse. « Disputer autant de rencontres signifie que l’on a fait du bon travail », argumente l’ex-coach de Chelsea. Imparable.
Le capital confiance au top, l’esprit en Champagne et « pas à Valence » selon Ancelotti, les Parisiens ont donc tous les ingrédients à disposition pour conserver, au minium, leur matelas trois points sur l’OL qui se déplacera à Brest dimanche (14h). « Lyon marche bien en ce moment donc l’objectif est très clair si on veut rester à la première place, rappelle Ancelotti Il n’y aura pas de problème de motivation. Maintenant, tous les matches sont importants. » Et puis même lorsqu’on porte le maillot du PSG, on peut apprendre de ses erreurs.

Le titre de l'encadré ici

Beckham a déjà joué contre Reims !|||

L’improbable confrontation entre le Stade de Reims et le Spice Boy a eu lieu le 9 mai 2006 lorsque l’Anglais portait les couleurs du Real Madrid. Le club espagnol avait invité son premier adversaire en finale de Ligue des champions (en 1956) pour disputer le match d’inauguration du stade Alfredo Di Stefano, au centre d’entrainement des Merengue. Face à David Beckham, mais aussi à toutes les  stars du Real Madrid, Zidane, Raul, Roberto Carlos…, Reims qui évoluait alors en Ligue 2 s’était incliné 6-1. Mais c’est avant tout le grand professionnalisme et la classe de l’Anglais et de ses partenaires qui avaient épaté les joueurs champenois.    

Aurélien Brossier avec Jérôme Sillon