RMC Sport

Reims: un ancien joueur porte plainte pour harcèlement

Anatole Ngamukol, acteur la saison passée de la remontée de Reims en Ligue 1, a porté plainte contre le club champenois pour harcèlement, expliquant avoir été écarté du groupe pro, puis licencié pour faute grave.

Avec 26 apparitions en Ligue 2 la saison passée, l’attaquant Anatole Ngamukol avait été l’un des acteurs de la remontée du Stade de Reims dans l’élite. Une Ligue 1 qu’il pensait découvrir cette saison, avant que l’histoire ne tourne au vinaigre.

Invité à partir l’été dernier, puis écarté du groupe pro dans la foulée, le joueur aurait ensuite été licencié pour faute grave. Mais il a décidé de réagir: comme l’explique Mediapart, Ngamukol vient de porter plainte contre son ancienne formation, s’estimant victime de harcèlement. "Une première dans le monde du football", assure le média d’investigation.

L'UNFP derrière lui

"Le président de Reims, Jean-Pierre Caillot, m’a annoncé en mai que je ne jouerai aucun match, aucune minute, et m’a demandé d’aller voir ailleurs", raconte l'intéressé. Mais l’attaquant n’étant pas enclin à partir, le club l'aurait contraint à s’entraîner seul, à l’écart du groupe pro, dès la fin du moins de juin, faisant de lui un de ces fameux "lofteurs". Une méthode rude mais presque classique dans le football professionnel, que Ngakumol dénonce fermement.

Surtout que début octobre, Reims aurait rompu de manière anticipée le contrat de Ngamukol "au motif que des proches du joueur avaient menacé les dirigeants", explique Mediapart. Ce que l’attaquant nie en bloc.

La rupture de contrat ayant été entérinée par la Ligue, Ngamukol attend le verdict de la commission paritaire d'appel de la LFP, début janvier. En attendant, il peut compter sur le soutien de l’UNFP, qui déplore que le football soit devenu "un no man’s land juridique". "Ça ne peut plus durer", assure le syndicat des joueurs.

CC