RMC Sport

Rémy : « Il ne faut pas décevoir Deschamps »

Loïc Rémy

Loïc Rémy - -

Avant de retrouver dimanche (17h) son ancien club, l’OGC Nice, Loïc Rémy s’est penché sur les derniers progrès réalisés par le collectif olympien. Mais aussi sur sa propre trajectoire, qui lui a valu d’être sélectionné par Laurent Blanc pour affronter les Etats-Unis (le 11 novembre) et la Belgique (le 15).

Loïc Rémy, après un début de saison délicat, l’OM est sur une dynamique bien plus positive symbolisée par votre belle prestation à Arsenal (0-0), mardi soir…

Oui, l’ambiance est plutôt bonne au sein du groupe. On en profite car ce n’était pas le cas ces derniers temps. En ce moment, c’est moins pesant, mais ça s’explique par les bons résultats qu’on a eus. Après, ce n’est pas pour autant qu’il faut relâcher parce qu’on sait qu’on peut très vite retomber dans nos travers. Face à Nice, on va faire ce qu’il faut pour ensuite partir sereinement en sélection.

Que pensez-vous de l’attitude de Didier Deschamps ?

Il nous a toujours protégés. Quand on se faisait taper dessus, il n’a jamais incriminé personne. Il est protecteur vis-à-vis de nous car il veut vraiment préserver le groupe. C’est une manière aussi de nous faire comprendre qu’il faut répondre à ses attentes.

Concrètement, qu’est-ce que cela signifie-t-il ?

Cela veut dire qu’il ne faut pas le décevoir parce que quand il nous protège, il prend aussi pour nous. Donc en retour, il faut qu’on soit là pour lui rendre ce qu’il nous a donné.

On a l’impression que depuis le début de cette saison, vous avez gagné en maturité…

C’est vrai. Aujourd’hui, je me suis forgé un mental à toute épreuve. Quand je suis arrivé ici la saison dernière, il me manquait cette force de caractère. Je me rappelle à Nice, quand on prenait un but, j’avais tendance à baisser les bras. Maintenant, ce n’est plus du tout pareil car quand on en encaisse un, je suis surmotivé pour aller ensuite chercher la victoire. J’ai donc progressé sur le plan mental en étant avec des grands joueurs et un entraîneur compétent. C’est sûr que ce n’est pas le même Loïc Rémy. Depuis un an et demi, je m’épanouis vraiment ici. 

Dimanche, vous allez retrouver votre ancien club, l’OGC Nice…

Oui. Nice, c’est vraiment deux bonnes saisons pour moi même s’il y a eu des hauts et des bas. Mais en tout cas, j’ai de bons souvenirs là-bas. J’ai gardé de bons contacts et j’y retourne de temps en temps. Je sais que je dois pas mal de choses à ce club car il m’a tendu les bras.

En vue des deux matches amicaux face aux Etats-Unis et à la Belgique, vous avez été retenu par Laurent Blanc. Comment accueillez-vous cette nouvelle convocation avec les Bleus ?

Je me dis qu’il n’y a rien d’acquis. On ne sait jamais… J’ai l’exemple avec Mathieu (Valbuena). Il n’a pas été pris alors qu’il a fait pratiquement toutes les sélections avec nous. Donc il n’y a rien de fait et il faut s’attendre à tout. Mais je suis très content de figurer dans cette sélection. Maintenant, je veux continuer à marquer les esprits quand je rejoins l’équipe de France.