RMC Sport

Rémy n’a qu’un but

Loïc Rémy

Loïc Rémy - -

Alors que l’OM tentera de signer un septième succès de rang en début d’après-midi sur la pelouse de Valenciennes (14h), Loïc Rémy rêve d’inscrire son premier but en championnat pour lancer sa saison.

« A l’entraînement, je claque. Il n’y a pas de raison de que ça n’arrive pas en match. » L’attaquant marseillais le dit lui-même, il a des fourmis dans les jambes. Et une obsession : faire trembler les filets. Revenu d’une longue blessure au genou, l’ancien Niçois n’a que 94 minutes dans les jambes. Ce dimanche, à Valenciennes, son temps de jeu devrait monter en flèche. Elie Baup compte sur lui pour signer un septième succès de rang en Ligue 1.

Mais le début de saison tonitruant des Phocéens ne fait pas forcément ses affaires. On ne change pas une équipe qui gagne, dit-on souvent. Une donnée qui motive l’intéressé : « J’ai pu lire que j’avais raté le train, sourit Rémy. Ça me fait plaisir de lire des choses comme ça. C’est un défi supplémentaire. Je dois revenir. Il y a de la concurrence. » Rémy avoue même se mettre dans la peau « d’un numéro 2 ou 3 » dans la hiérarchie des attaquants.

Rémy : « Je ne doute pas »

Pour l’avant-centre international français, cette rivalité est saine mais ne laisse pas de place au doute : « J’ai eu des hauts et des bas dans ma carrière, explique-t-il. Mentalement, ça a été très dur de manquer l’Euro, je l’avoue, mais je ne doute pas. Je me dis qu’en marquant un but, ça va revenir tout seul. J’attends ce déclic qui va faire la différence. » Impatient ? « Non, j’attends que ça vienne sereinement, sans aller plus vite que la musique. Mais j’ai à cœur de marquer ce but pour lancer ma saison. »

Cette première réalisation arrivera peut-être au stade du Hainaut… A moins que cela ne soit dans une semaine, au Stade-Vélodrome, contre le PSG. « Ce match, j’ai des fourmis dans les jambes à l’idée de le jouer », assure celui qui avait marqué le 100e but marseillais dans l’histoire des PSG-OM il y a un an (3-0). Et si l’histoire se répétait ?

Aurélien Brossier