RMC Sport

Rémy : « Si je peux être un killer devant le but… »

-

- - -

Repositionné dans l’axe par Didier Deschamps, Loïc Rémy, buteur et passeur contre Toulouse (2-2) espère devenir un tueur des surfaces. Il aura de toute façon un rôle essentiel à la pointe de l’attaque marseillaise dans le sprint final pour le titre.

Loïc Rémy, vous avez été très efficace contre Toulouse (2-2) dans une position axiale. Vous semblez de plus en plus à l’aise à l’OM…

Je me sens bien. Pas forcément mieux. J’ai pris mes marques contre Lens (1-0). Cette année, j’ai plus joué sur le côté droit. Le poste d’avant-centre ne demande pas les mêmes efforts. Dos au but, j’ai un peu de mal à garder le ballon. Les défenseurs ont plus d’impact. Je dois travailler là-dessus. Pour moi, ce qui est fantastique, c’est de prendre la profondeur. J’ai la chance d’avoir des partenaires qui me donnent de bons ballons. A moi de montrer au coach que je peux jouer devant. Je lui avais dit que cela ne me gênait pas de jouer à droite ou dans l’axe.

Vous vouliez atteindre la barre des 10 buts pour votre première saison à l’OM. C’est fait…

Oui cet objectif est atteint. Mais je suis quelqu’un d’ambitieux. Tous les buts que je pourrais marquer seront du bonus. Je ne m’arrête pas en si bon chemin. Si je peux en mettre 14 ou 15, je ne me gênerais pas.

« On est toujours restés soudés dans l’adversité »

On dit souvent qu’il très difficile pour un attaquant de s’imposer à Marseille. Vous imaginez-vous comme le futur buteur numéro un de l’OM ?

Je ne me fixe pas ce genre d’objectif même si je travaille pour être bon. Cela viendra naturellement. Nous les attaquants, on travaille au quotidien devant le but. J’en profite. J’écoute beaucoup ce qu’on me dit et j’essaie de l’appliquer le week-end. J’ai la chance d’être entouré par de grands joueurs qui se remettent en question. Ce n’est pas parce que j’ai mis dix buts que tout est acquis. Loin de là. J’ai encore pas mal de progrès à faire. Mais si je peux être un killer devant le but, je ne vais pas me gêner.

Quel est l’état d’esprit du groupe après la contre performance face au TFC ?

Il ne faut pas tirer la sonnette d’alarme. On peut avoir pas mal de regrets car on aurait pu creuser l’écart avec certaines équipes et rattraper Lille. Le groupe est assez solide pour ne pas de se démobiliser maintenant. Ce serait dommage. Il y a eu des hauts et des bas cette année. Mais on est restés soudés dans l’adversité.

Le titre de l'encadré ici

Stephan : « Rémy a étendu son registre »|||

Selon l’entraîneur adjoint marseillais, l’ancien attaquant de l’OGC Nice est en net progrès, notamment dans une position axiale. 

Souvent comparé Thierry Henry, Loïc Rémy va-t-il continuer à cultiver sa ressemblance avec l’ancien Gunner en basculant d’un poste d’ailier à celui d’avant-centre ? Positionné en pointe à Lens (0-1) et contre Toulouse (2-2), celui qui évolue habituellement sur le flanc droit a rapidement trouvé ses marques puisqu’il fut buteur puis passeur décisif (pour Gignac) face au TFC. « Il a des aptitudes pour jouer dans l’axe où le registre est pourtant plus étendu et plus difficile, juge Guy Stephan, l’entraîneur adjoint phocéen. Les responsabilités sont également plus importantes. » Pas assez efficace, André-Pierre Gignac, remplaçant depuis deux matches, l’a appris à ses dépens. Après des débuts encourageants à Marseille, puis une traversée du désert, Loïc Rémy a donc atteint dimanche la barre symbolique des 10 buts (9 avec l’OM, 1 avec Nice lors de la 2e journée). Une efficacité croissante qui pourrait bien en faire le nouveau buteur des champions de France : « Dans une position axiale où les déplacements sont différents, il progresse beaucoup, poursuit l’adjoint de Didier Deschamps. Mais il a aussi progressé dans le jeu aérien et dos au but. Il est en train d’étendre son registre. C’est très intéressant pour l’équipe. »