RMC Sport

Rémy-Valbuena, les inséparables

-

- - -

Aussi complices sur le terrain qu’en dehors, Mathieu Valbuena le passeur et Loïc Rémy le buteur illustrent à merveille le retour fracassant de l’OM au premier plan.

Passe de Valbuena, reprise de Rémy : le refrain commence à être sacrément connu sur les pelouses de Ligue 1. Plus qu’un tube, un classique ! Dimanche, les Lillois ont constaté à leurs dépens la complémentarité entre les deux Marseillais. Sur un premier centre exceptionnel de l’extérieur du pied de Valbuena, Rémy, après un amorti de la poitrine remarquable, a d’abord buté sur Mickaël Landreau. « Sur le coup, je m’en veux un peu, souffle Rémy. Face à Lille, on n’est jamais à l’abri. » Mais avec « Petit vélo », l’ancien Niçois se contente rarement d’un seul bon ballon. Sur un autre centre impeccable de Valbuena, il a donc pu inscrire, de la tête, son 8e but de la saison en L1 (il en inscrira un neuvième). Sur les dix passes décisives du Marseillais, meilleur pourvoyeur de ballons de notre championnat, cinq ont été concrétisées par Rémy. Ce dernier, auteur de trois offrandes, lui a rendu la pareille une fois (à Nancy, 1-3). « On s’entend bien sur le terrain, affirme Rémy. Ça ne date pas d’aujourd’hui. C’est toujours une joie quand Mathieu marque. Et inversement. » Leur coéquipier Stéphane Mbia appuie : « Ils se trouvent les yeux fermés et leur entente est encore meilleure cette année. »

Compagnons de chambrée chez les Bleus

Complices sur les terrains, les deux hommes le sont aussi dans la vie. « Ils sont très proches », confirme Deschamps. Leur amitié remonte à 2010, lorsque Rémy, transfuge de Nice, pose ses valises à Marseille. A cette époque, l’ex-Lyonnais n’a pas forcément une bonne image de son coéquipier. « Chez les Bleus, Rémy a découvert un Mathieu assez loin de l'image de capricieux ou de nombriliste qu'on a de lui », explique Christophe Hutteau, l’agent de Valbuena, proche aussi de Rémy.
L’ailier phocéen, l’un des plus anciens joueurs de l’effectif olympien, va très vite le faire changer d’avis. Il fera tout pour faciliter l’intégration de son nouveau partenaire. Le courant passe immédiatement. Depuis, les deux ne se quittent plus. S’ils partagent la même chambre à Clairefontaine lors des rassemblements de l’équipe de France, ils déjeunent et dînent souvent ensemble avec leurs copines respectives. On ne compte plus les parties endiablées de foot… sur la console de jeu. Christophe Hutteau : « Quand je passe chez Mathieu et qu'ils sont en plein match, ils font un show et se chambrent. C'est à mourir de rire. » Il leur arrive aussi de faire des séances shopping ensemble. Enfin, pour revenir au terrain, les deux hommes se sont fixé un nombre de buts à atteindre. Lequel ? Mystère… Mais on comprend mieux pourquoi Loïc Rémy a lancé dimanche, dans un large sourire : « Je dis à Mathieu qu’il a intérêt à me faire marquer à chaque match. »

Deschamps : « Il est venu pour rien »

Pour Didier Deschamps, Harry Redknapp aurait mieux fait d’économiser un billet d’avion. « Il est sans doute venu voir des joueurs mais il est venu pour rien, a déclaré l’entraîneur de l’OM après le succès contre Lille. A cette période de l’année, ça ne sert à rien. « Wait and see », voilà ce que je lui dirais si je le voyais. » On lui rétorque que Tottenham peut avoir de solides arguments financiers à l’heure où l’OM compte ses sous, « DD » répond : « C’est vrai qu’ils ont un pouvoir économique important mais j’ai des matches importants à jouer. Ce n’est pas le moment de perdre les meilleurs joueurs. » Et indiscutablement, Rémy en fait partie.

Le titre de l'encadré ici

L’OM verrouille Rémy à double tour|||

Harry Redknapp ne lâche pas Loïc Rémy. Dimanche soir, le charismatique entraîneur de Tottenham était carrément dans les tribunes du Stade-Vélodrome pour voir à l’œuvre l’attaquant marseillais, auteur d’un doublé face à Lille (2-0). Autant dire que son intérêt pour l’attaquant international est plus fort que jamais. Ce désir n’est pas nouveau. Début janvier, à la veille du 32e de finale de Coupe de France face au Red Star au Stade de France (5-0), un rendez-vous s’est tenu dans capitale entre José Anigo, Vincent Labrune, le président de l’OM et son homologue londonien, Daniel Levy. Le board des Spurs a proposé un échange avec l’attaquant international russe Roman Pavlyuchenko, plus une somme d’argent. Les dirigeants olympiens ont repoussé cette offre.

Cet accroc n’a donc pas empêché Harry Redknapp de faire le déplacement ce week-end au Stade-Vélodrome. Sa présence est vite retombée dans les oreilles de Rémy. « Mon partenaire Jean-Philippe Sabo m’a dit : « Fais attention, il y a Redknapp ! » Mais sur le terrain, je n’y ai pas pensé une seule seconde. Cela montre que certains clubs s’intéressent à moi, c’est bien, mais avec le président, c’est tout vu : il n’est pas question de partir maintenant. On se posera ce genre de questions plus tard, quand je serai prêt. Par rapport aux supporters, c’est un manque de respect de parler du mercato. On veut tous tirer dans le même sens. Ils comptent sur moi. J’ai encore des progrès à faire. »