RMC Sport

Rennes: quel bilan pour Létang, débarqué de la présidence du club?

Olivier Létang a été démis de ses fonctions de président du Stade Rennais, selon un communiqué publié ce vendredi par le club qui se trouve à la troisème place de Ligue 1. L'ancien directeur sportif du PSG s'en va après des critiques sur sa gestion, des interrogations sur le recrutement, mais surtout une Coupe de France remportée après un demi-siècle de palmarès vierge.

Les temps changent de façon inattendue chez les Rouge et Noir. Le Stade Rennais a annoncé ce vendredi le départ surprise de son président Olivier Létang, qui a affirmé partir "à contre-coeur", sans plus de précision, après un peu plus de deux ans en fonction. L'ancien directeur sportif du Paris Saint-Germain avait été nommé à ce poste en novembre 2017 par l'actionnaire historique François-Henri Pinault, en remplacement de René Ruello. Il avait pour mission d'apporter stabilité et ambition au club breton.

Rennes de retour au premier plan sous sa présidence

La présidence d'Olivier Létang est incontestablement marquée par la victoire arrachée aux tirs au but contre le Paris Saint-Germain en finale de la Coupe de France, au terme de la saison passée (2-2, 6-5 aux tab). Il s'agissait du premier titre majeur du club depuis 1971. La fin d'une disette de 49 ans rendue possible avec des recrutements intelligents, peu onéreux comme ceux de Romain Del Castillo, Clément Grenier ou encore le prêt de Mbaye Niang.

Son choix de débarquer Sabri Lamouchi en décembre 2018 pour introniser Julien Stéphan a aussi payé. Le jeune entraîneur, en charge de la réserve et inconnu du grand public jusqu'alors, s'est fait un nom et s'est installé dans le paysage footballistique français.

En début de saison dans Breaking Foot sur RMC, il avait analysé ainsi ce triomphe: "La victoire en Coupe de France a été le fruit d'un certain nombre d'étapes au préalable. Je l'avais dit début 2018 en disant que j'étais arrivé dans un club dans lequel gagner ou perdre n'était pas très important. Il a fallu instaurer une culture différente, du dépassement de soi, de la haine de la défaite. Encore une fois, c'est facile de le dire. La question, c'est comment faire et que mettre en place au quotidien pour y arriver? C'est le travail de tout un club."

Olivier Létang peut aussi se targuer d'avoir vu l'équipe réussir un beau parcours de Ligue Europa lors de la saison 2019-2020, à la faveur de la belle cinquième place obtenue en Ligue 1 la saison précédente. Les joueurs avaient la performance de sortir le séduisant Betis Séville, avant d'être éliminés de justesse en quarts de finale par Arsenal. "On a donné une bonne image du Stade Rennais. (...) On a transmis beaucoup de fierté et d'émotion. On a vu des visages absolument incroyables, avec de la joie, des sourires, des larmes", s'était-il réjoui au micro de RMC en mai dernier.

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder la Ligue Europa

Des erreurs dans le mercato, une gestion critiquée

Le bilan d'Oliver Létang est sans doute entaché par la 10e place de Ligue 1 enregistrée au terme de la saison 2018-2019, mais aussi par quelques flops dans le recrutement. Dont celui de Diafra Sakho, signé pour environ 10 millions d'euros en provenance de West Ham et qui n'a marqué que deux buts en championnat avant d'être mis au placard. Son contrat a fini par être résilié en début d'année. Ou encore l'arrivée de Flavien Tait pour 9 millions d'euros. Mais il y a surtout le cas Hatem Ben Arfa, qui n'a pas suffisamment donné satisfaction et a fini par être source de tensions.

Ce pari qui s'est conclu en eau de boudin avait considérablement rafraîchi les relations entre Oliver Létang et Julien Stéphan. Le second avait reproché au premier de ne pas l'avoir soutenu quand Hatem Ben Arfa avait publiquement critiqué le jeu de l'équipe. "J’ai sans doute commis une erreur en ne prenant pas la parole plus rapidement", avait regretté le président dans les colonnes de Ouest-France.

Son choix de laisser partir plusieurs membres de l'effectif l'été dernier, comme Benjamin André, Mexer, Ramy Bensebaini ou encore Ismaïla Sarr, lui a aussi été reproché. "Marseille a fait une finale de Ligue Europa et n’a rien changé derrière. Comment a été la saison suivante? Il n’y a pas de vérité. On a gardé l’âme de cette équipe", s'était-il défendu début octobre.

Mais à l'heure où Olivier Létang est débarqué, le club se porte plutôt bien sur le terrain. Malgré une certaine inconstance dans la qualité de jeu et les résultats, le Stade Rennais se trouve sur la troisième marche du podium, avec seulement six points de retard sur la deuxième place. D'autant que Raphinha, deuxième recrue la plus chère de l'histoire du club, monte en puissance après avoir des débuts en dents de scie.

JA