RMC Sport

Riolo : « L’Olympique de Marseille ou d’ailleurs ? »

Daniel Riolo

Daniel Riolo - -

Retour sur la polémique entre l’OM et la Mairie de Marseille…

On va finir par croire que le public et le privé ne peuvent décidemment pas s’entendre. Comment, en effet, l’OM et la Mairie de Marseille en sont arrivés à cette situation grotesque qui pousse aujourd’hui le club à vouloir jouer loin du Vélodrome ?

Les deux parties ne s’étaient jamais parlées ? Il était impossible d’anticiper cette situation ?

On a essayé de comparer le cas de l’OM avec celui du LOSC. Ce n’est pas vraiment la même chose, mais là aussi, on est dans le cadre d’un partenariat « public/privé », et depuis la livraison du nouveau stade, on a le sentiment que le LOSC souffre du coût de location, de ce qu’il peut faire ou non dans « son » stade… Et la politique sportive semble impactée négativement depuis le déménagement dans la nouvelle enceinte. Là encore, on avait rien prévu ? On a découvert le prix après ?

Vous allez peut-être trouver ça facile, mais j’ai envie de ramener ça au problème des pelouses qu’on vit chaque année en hiver. A chaque fois, on explique que c’est la faute de l’autre, que c’est la mairie qui gère, que le jardinier ceci ou cela.

Au milieu de toutes ces situations absolument délirantes, le public (les gens) ne sait plus trop quoi penser et est souvent instrumentalisé. Dans le cas de l’OM, le club ne peut pas venir sérieusement tenir la position du racket de la Mairie. C’est absurde. Le pas en avant de Gaudin est d'ailleurs notable.

On ne peut pas mener une politique sportive foireuse depuis des années (recrutements ratés, masse salariale folle) et ensuite pleurer sur le coût du stade. C’est cher, ok, peut-être, mais les arguments du Maire sont indiscutables. Le club ne peut pas faire comme s’il découvrait la situation. Il paraît que la question de la taille du stade se pose aussi ? On nage en plein délire non ? On fait et on réfléchit après ?

En menaçant de jouer ailleurs, l’OM agit comme s’il était une franchise, façon sport US. C’est scandaleux et que les supporters acceptent ça, me dépasse !

Dans son histoire récente, la ville a souvent aidé l’OM. On peut même dire, que d’une certaine façon, elle a sauvé le club.

J’ai toujours pensé que même un tout petit peu, toujours moins, mais un peu quand même, un club de foot avait une petite mission de service public. Il y a quelques années, Alain Cayzac, ex-président du PSG, avait brillamment développé cette thèse.

Un club porte le nom de la ville, le public et le privé se servent l’un de l’autre. Des villes existent sur la carte de France grâce au foot, Auxerre ou Lens par exemple. D’autres, qui ressemblent pourtant à de grosses machines 100% privées, se servent des atouts de leur ville pour vendre. N’est-ce-pas le cas du PSG qui dans ses opérations marketing met la Tour Eiffel en avant ? Le cordon n’est jamais totalement coupé. Et tant qu’on ne sera pas dans un système de franchise à l’américaine, il existera. Surtout si le stade, des structures solides appartiennent à la ville.

Précisons néanmoins qu’on est désormais loin du foot à « papa » dans lequel le politique s’immisçait dans la vie du club. On n’est plus, non plus, à l’époque où dans une région, on décidait que telle ville serait plus foot et une autre plus « culture » (Lens et Lille)… Epoque encore où le maire se méfiait d’un président de club trop puissant, trop populaire qui aurait forcément envie de lui prendre son fauteuil…

Jean-Michel Aulas, lui, n’a pas voulu de ce système. Il a souffert pour avoir « son » stade, mais celui-ci sera 100% privé. Il fera ce qu’il veut. Le maire viendra certainement au stade faire des RP, supporter le club qui continuera de porter le nom de la ville, mais on sera face à un modèle unique en France.

En attendant de copier l’OL, les autres doivent composer avec un système qui a beaucoup de défauts mais qui existe en l’état. La plupart du temps, ville et club parviennent à s’entendre, mais quand ce n’est pas le cas, comme à Marseille, le spectacle proposé est minable. Encore une fois, comment la direction du club peut-elle être prise de court par cette situation ? Toujours est-il que les dirigeants marseillais devraient retrouver vite un peu de lucidité sous peine d’être encore plus ridicule…

A lire aussi : >> Vélodrome : le coup de gueule de Pape Diouf
>> L'OM renonce au Vélodrome

Daniel Riolo