RMC Sport

Riolo : « La dernière journée n’a finalement rien changé… »

Daniel Riolo

Daniel Riolo - -

Retour sur la dernière journée de L1…

La Ligue 1 nous proposait un bon gros suspense sur plusieurs terrains.

« Notre » finale à nous, c’était donc Sochaux/Evian. Bonal en feu, Renard en héros, l’exploit annoncé et en route, est-ce que tout ça n’était pas finalement beaucoup trop grand pour Sochaux ? Toute cette attention, cette pression à supporter dans un club qui habituellement vit loin de toute agitation, c’était certainement trop fort, trop grand. Et Dupraz, l’agresseur, celui qui avait décidé d’enfiler le costume du méchant a parfaitement joué avec l’environnement. Plus calme, plus concentré, moins écrasé par l’enjeu, l’ETG a parfaitement géré son match. Avec ce 2/0 à la pause, l’obligation pour Sochaux d’en mettre 3, est devenue insurmontable… Sochaux est passé au travers. Dupraz et un super Wass ont éteint Bonal…

Comme attendu, Sainté a vite plié l’affaire face à Ajaccio. Dans la course à la 3e place, la pression est donc sur Lille. Un LOSC qui souffre à Lorient. 1/1 à la pause. On se dit alors qu’au fur et à mesure que le match va avancer, l’équipe qui joue quelque chose doit passer devant… L’impression se confirme vite. Dès le début de la seconde période, Roux met le LOSC devant. Lille ne peut plus laisser échapper cette 3e place…

L’OL joue aussi une équipe en vacances. En marquant vite, le cadeau de départ de Garde est presque emballé. Dans le même temps, devant Guingamp, l’OM semble d’abord ne pas se soucier tant que ça de finir européen…

Le suspense disparaît peu à peu. Ça s’est vite terminé pour la lutte dans le bas et pour la 3e place, Lille a également bien maîtrisé sa partie. Une fois de plus Kalou a porté son équipe.

A la 65e, il n’y a plus que le résultat de l’OL qui compte. Marseille a marqué et les Lyonnais doivent donc conserver leur avance. A l’arrache, un peu à l’image de leur saison éprouvante, l’OL va tenir son but. Garde a terminé à bout de nerfs, mais en mettant l’OL en Coupe d’europe.

Le classement n’a pas bougé, mais ça n’a pas empêché cette dernière journée d’être palpitante…

Ce samedi était plein de très bon foot. Juste avant la J38, on a eu droit à un match absolument génial entre le Barça et l’Atlético. C’est pas tant la qualité technique du match qui est à mettre en avant, mais l’intensité dramatique. L’élément qui rend inoubliable un moment de sport. En gagnant, le Barça aurait été une sorte de champion illégitime. J’entends les amateurs de foot aux idées courtes, incultes, dire qu’on ne retient que le nom des vainqueurs. C’est absurde. Si l’Atlético avait perdu, qui aurait oublié la magnifique saison de ce club habitué à « loser » ? Les blessures, de Costa, de Turan ont d’abord donné à penser qu’une fois de plus les « Colchoneros » avaient rendez-vous avec la désillusion. Les larmes des blessés, la tête de Simeone après le but de dingue d’Alexis… ça sentait la défaite magnifique. J’étais prêt pour l’éloge de la défaite. Mais en défendant, en s’accrochant, au bout d’une saison d’efforts, l’Atlético est logiquement et heureusement champion.

La bande « à Simeone » a maintenant rendez-vous avec l’histoire la semaine prochaine à Lisbonne…

En matière de « loose » Arsenal commence à s’y connaître. Et quand Hull a mené 2/0 très vite, Wenger s’est peut-être dit qu’il n’y arriverait plus jamais. Là encore logiquement, Arsenal a renversé le match. 3/2 après la prolongation. Les Gunners remportent enfin un titre et bouclent finalement une belle saison…

A lire aussi :

>> L1 : Sochaux descend, Lille en C1

>> Liga : et à la fin... c'est l'Atlético qui gagne !

>> EN VIDEOS : Les buts européens du week-end (17/05)

Daniel Riolo