RMC Sport

Riolo : « Monaco est un beau rival… »

Daniel Riolo

Daniel Riolo - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Retour sur la J24 de Ligue 1 et sur le choc ASM/PSG, soldé, comme à l’aller, par un match nul 1-1.

ASM-PSG

Une affiche, un choc « pas » L1 en L1 ! Paris est favori et vient comme d’habitude. Avec toujours le doute au sujet du 3e homme devant. C’est Pastore qui est aligné. Une sorte de 4e milieu ? Une volonté d’assurer cette zone du terrain ? En face, on s’y attendait, Ranieri s’adapte et fait un choix tactique. Le 442 est plus à plat. Pas de losange et une option qui semble offensive. Fabinho alors que Raggi est toujours bon, c’est étonnant. Et Ocampos devant pour provoquer, attaquer. Monaco veut éviter l’apport des latéraux Parisiens. Récemment on a vu plusieurs équipes tenter ça. A chaque fois, ça a effectivement gêné le jeu du PSG.

Ce qui gêne aussi le PSG c’est un gros pressing et franchement je m’attendais à voir ça. Mais c’est un Monaco timoré qui débute la rencontre. Le PSG fait tourner, comme d’habitude. Pastore marque alors que le match semble ne pas avoir commencé. L’ASM entre alors enfin dans sa rencontre. Offensivement, c’est bien. Personne n’a fait autant défendre Paris. Le seul souci c’est que défensivement, Toulalan est bien seul au milieu et Monaco s’expose. C’est logique et après tout, le PSG n’est pas toujours menaçant. Monaco rivalise vraiment et est même parfois au-dessus. Le seul regret, c’est de voir que ce 442 là ne convient pas forcément à James. L’ASM gère plutôt bien son déséquilibre. Le risque semble assumé. Le PSG est obligé de défendre. Lucas est par exemple beaucoup sollicité pour aider van der Wiel. 1/0 à la pause. C’est équilibré dans le jeu. Et ça personne ne l’a fait face au PSG. Les équipes qui ont déjà rivalisé l’ont fait en étant en surchauffe.

Ranieri est actif. Il change tout ou presque dès le début de la seconde période. James redevient 10 et Kondogbia entre pour densifier le milieu. Mais comme au début, Monaco est d’abord timide. Ça permet au PSG de reprendre le contrôle du jeu. Et comme l’ASM n’y arrive pas, Ranieri lance Berbatov. Blanc répond avec Cabaye et Menez à la place de Verratti et Pastore. C’est étonnant car les deux étaient bons. Verratti a perdu quelques ballons, mais de là à sortir… Le match baisse en intensité. On est loin de la première période. Monaco ne peut hausser le ton et Paris gère. Un choix discutable. Plutôt que d’enfoncer son adversaire, Paris le laisse en vie. Comment gérer avec Menez qui gâche tous les ballons et avec Cabaye qui ne sait pas où jouer dans ce milieu ?? Et quand il y a de la classe en face, c’est risqué. Quasi transparent jusque-là, James réussi un décalage parfait pour Fabinho. Son centre pousse Silva à marquer contre son camp. Jusque-là, Fabinho n’avait pas pu monter. Avec Menez sur le terrain, c’est free !

Ranieri joue pour gagner le match. Et s’il sort James au final très discret, c’est pour mettre Carrasco. Blanc continue de surprendre avec la sortie de Lucas qui faisait un vrai gros match, pour une fois. Le résultat est finalement de 1/1. Et vraiment je n’ai rien compris aux changements de Blanc. Il s’est selon moi lourdement trompé et a laissé filer 2 points que le PSG pouvait prendre dans une seconde période qui a vu Monaco bien moins presser. Dans la lutte à la 3e place, les prétendants n’ont guère été brillants. Passons sur l’affligeant TFC/ASSE pour s’arrêter sur les 3 autres rencontres concernant les « ambitieux ». Thème du jour : La vérité du résultat. Plan en 3 parties.

Marseille - Bastia

L’OM a d’abord « écrasé » la terrible équipe de Bastia. Le premier but illustre le reste. Frappe ratée de Payet, Landreau, comme souvent le cul par terre, se fait lober. Un coup d’œil à la course de Romaric pour empêcher Payet de tirer et on comprend tout. Bastia, 4 points à l’extérieur cette saison, est venu en touriste. Un coup d’œil au maillot du 6 bastiais… Il est à son poids de forme Romaric ?

L’OM s’est donc promené. Payet, Mendy, Imbula ont fait un gros match. Les détracteurs doivent se taire et s’incliner devant une telle mise au point. Et oui, c’est en gros ce qu’ont demandé Gignac et Payet. Le podium est de nouveau accessible et c’est ce qu’il faut retenir n’est-ce pas ? Tout va tellement bien qu’on se demande même si Ayew va retrouver sa place dans le 11 marseillais. L’histoire du yoyo marseillais continue. Et la théorie de l’OM comme laboratoire du foot français qui prend de la consistance. Le Montebourg du foot, Labrune, doit être ravi.

Derrière, l’OL n’a pas de quoi fanfaronner. Là encore, on va parler des trois points qui sont bien sûr tellement important. Pourtant, l’OL n’a que très rarement dominé son sujet. Garde a envie de mettre en avant le mental et l’efficacité malgré un jeu en berne. Il vaut mieux, en effet, positiver. La fameuse 3e place est encore occupée par le LOSC. Le discours évolue et finalement, il semblerait qu’au club, on la veuille vraiment cette place. Devant Sochaux, Lille n’a été mieux que l’OM ou l’OL. Une petite victoire, la seule cette année. A ce train-là, c’est le moins mauvais qui va décrocher le pompon. Mais quel pompon en fait ? Pourquoi parle-t-on en effet autant de cette 3e place ? A quoi mène-t-elle ? A la Ligue des champions ? Non, loin de là même. On a compris depuis quelques temps déjà que la course à l’Europa League était une supercherie. Un cadeau que les équipes de L1 jetaient à la poubelle ensuite. Mais ce qu’on ne semble pas comprendre, c’est que cette 3e place a beaucoup plus de chances de mener à l’Europa League qu’à la C1. Il faut, on le sait, passer deux tours préliminaires. Sans protection, c’est quasi mission impossible pour Lille et Sainté. Et encore on évite de parler de la reprise plus tôt, de la préparation chamboulée, bref de tout ce que ne savent pas gérer, sans chouiner, nos clubs.

Pour l’OL et l’OM, le premier tour sera facile puis la suite c’est du 50/50. Regardons de plus près les équipes qui étaient en course l’été dernier. Ce constat ajouté au niveau de notre L1, à la motivation de nos clubs et je crois qu’au final si on met ensemble Lille, Sainté, l’OM et l’OL, on devrait tourner à une proba de 70/30 d’avoir un 3e club en phase de poule de la LDC. Il serait temps d’être un peu lucide. Notre L1 n’a pas le niveau pour aligner 3 clubs en LDC…

Questions : - Après Ancelotti, Blanc, Deschamps, Armand et tant d’autres, van der Wiel s’est exprimé sur notre foot, les jeunes et la mentalité L1. On bouge quand ? - Le bas du classement fait peur. A quand une L1 à 18 clubs ?

A lire aussi : >> van Der Wiel allume les jeunes français >> Marseille ne gaspille pas >> Le PSG garde ses distances

Daniel Riolo