RMC Sport

Riolo : « Paris et Lille vous souhaitent un joyeux Noël… »

Daniel Riolo

Daniel Riolo - -

Un match de gala pour finir l’année : les stars du PSG face aux laborieux et valeureux Lillois. Puis un retour complet sur cette 19e journée de Ligue 1, la dernière avant la trêve hivernale.

Le scénario est clair. Paris attaque et Lille défend. Et il faut bien reconnaître que le jeu défensif du LOSC est excellent. Dans chaque zone, un pressing agressif est exercé. Même en étant bas, le bloc lillois est peu mis en difficulté. Devant, le premier rideau, Roux/Martin travaille énormément. Martin est même en quasi individuel sur Verratti. Motta et le jeune italien sont harcelés. On peut ne pas aimer le jeu défensif, mais difficile ne pas trouver au moins que c’est du travail très bien fait.

Lille ne semble même pas se soucier de « l’après ». L’après but du PSG. En première période, Paris gâche 2 énormes occasions (Lavezzi et surtout Silva). Le jeu, la domination est nettement en faveur du PSG. Le LOSC est là pour retarder l’échéance. Et c’est Ibra sur un beau coup franc qui va débloquer le match. Le PSG a fait le plus dur ? Possible. Mais cette équipe du LOSC est admirable de combativité. Elle a des joueurs de talents (Kalou) et d’autres qui gèrent le match (Mavuba, Balmont). Rendre la partie heurtée, la pourrir, ça fait partie du « jeu ». Sur leur seule occasion, les Lillois reviennent. Un ballon de récupération parfaitement exploité suffit. 1/1, le piège fonctionne.

Sur les côtés, Lavezzi et Lucas perdent beaucoup trop de ballons. Ça casse le jeu parisien. Frustré, Paris s’expose jusqu’au déséquilibre fatal. En concédant un penalty, transformé par Kalou, il se met même en grande difficulté.

Mené 2/1, Blanc prend des risques. Pastore rentre à la place d'Alex. Motta recule.

Le match est intense, parfois brutal, toujours passionnant. A force de pousser, Paris revient logiquement. Blanc ne se contente pas de ça. Il sort Digne et fait passer Matuidi derrière. Il n’y a plus que 2 vrais défenseurs au PSG !! Paris met le feu pour arracher la victoire. Il y a des balles de matches des deux côtés dans cette folle rencontre. On a oublié le classement, l’enjeu, on a juste profité de ce superbe dernier match. De ce beau cadeau.

Retour sur Marseille-Bordeaux

L’effet Anigo, c’est donc d’abord de se battre sur le terrain, de ne pas renoncer. Ça me paraît toujours un peu dingue de mettre ça en avant quand on parle de foot pro, mais il faut croire qu’en L1, c’est la première des vertus. L’état d’esprit quand le jeu est en place, c’est un atout indéniable mais pour l’instant l’OM doit se contenter de peu. Thauvin est le leader technique, celui capable de créer le danger par le jeu, mais pour le reste ça continue d’être pauvre. Peu importe le système, on attend toujours un fil conducteur dans le jeu collectif. Revenir de 0/2 à 2/2, deux fois en une semaine, c’est bien, mais après ?

Après, il faudra faire une belle série de victoires et espérer que ça glisse devant. Pour une fois, cette saison, je suis d’accord avec le président Labrune quand, au sortir du match, il tirait un bilan sombre de cette première partie de saison.

Sans rien faire d’extraordinaire, loin de là, Bordeaux aurait dû boucler la rencontre à 2/0 et renvoyer l’OM à sa médiocrité. Retenons tout de même que grâce à son scenario fou, cet OM/Bordeaux a souvent été palpitant et très agréable à suivre…

L'OL encore rattrapé

On le sait, dans cette L1, avec un gros bloc et de la détermination, on soulève des montagnes. L’OL a beau être bien supérieur dans le jeu, dans la technique collective que l’OM, Bordeaux ou encore Sainté, il reste derrière au classement. Précisément à 6 points du 4e, Bordeaux. Rien de rédhibitoire. A priori. Avec son quatuor offensif, Grenier, Gourcuff, Lacazette et Gomis, l’OL doit pouvoir faire une belle seconde partie de saison. Au terme de ces matches aller, Lyon devrait avoir, au moins, 8 points de plus (à chercher dans les rencontres face à VA, TFC, OM et donc Lorient). Le 442, (losange), est intéressant. Le problème, c’est toujours les soucis défensifs. Quand c’est pas le gardien, c’est la charnière, ou le milieu, bref, peu importe, cet OL remet toujours son adversaire dans le jeu. A Lorient, on a vu ça. Encore. Jouer aussi bien puis aussi mal, c’est assez incroyable. Pourquoi l’équipe recule autant ? Pourquoi, elle ne maintient pas la pression sur l’adversaire ? Le souci me semble provenir d’un mental défaillant. C’est comme si les joueurs avaient intégré que ça devait se finir mal…

Monaco finit mal

A Monaco, c’est la première partie de saison qui s’est mal terminé. Cette J19 avait, en effet, débuté sur un coup de théâtre, la défaite de l’ASM. Un match cauchemar pour le rival du PSG qui pouvait, avant le choc du dimanche soir, prendre provisoirement la tête du classement. Le « CSC » d’Abidal d’entrée a semble-t-il mis l’équipe à l’envers. Ça s’est transformé ensuite en course contre le temps. VA a attendu, défendu et contré. Plusieurs équipes avaient essayé à Louis II, eux sont allés au bout. Difficile de dire que l’ASM a raté son match. C’est le manque d’efficacité qu’il faut relever et c’est surtout la thèse de l’accident qu’on va retenir. Ariel Jacobs, le coach de VA a parlé d’arrogance de son adversaire. Ça ne m’a pas sauté aux yeux. On attend maintenant de voir ce que l’ASM nous prépare comme surprise au mercato pour rester jusqu’au bout dans la roue du PSG…

Questions :

Un musée à Saint-Etienne, c’est bien, mais une pelouse c’est pour quand ?

Gourcuff peut-il enfin terminer une saison sans blessure et participer au redressement de l’OL ?

Rennes, Evian, Montpellier et VA, qui pour accompagner Ajaccio et Sochaux en L2 ?

A lire aussi : >> Le PSG peut avoir des regrets >> Marseille refait le coup de Lyon >> L'OL va le regretter

Daniel Riolo