RMC Sport

Rocheteau : « Le PSG ne peut plus avoir d’identité »

Dominique Rocheteau

Dominique Rocheteau - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

A la veille du choc face au PSG (21h), Dominique Rocheteau a commenté l’évolution du club de la capitale. Sa domination en Ligue 1 comme selon le directeur sportif des Verts, son absence de réelle identité aujourd’hui.

Dominique Rocheteau, Saint-Etienne, avec 48 points, est en course pour la 3e place. La fin de saison des Verts ne manque donc pas de piment.

Elle est excitante. Se retrouver à dix journées de la fin dans cette position… On joue quand même pour l’Europe, il ne faut pas se cacher. Mais je ne préciserai pas pour quelle coupe d’Europe. Les joueurs sont motivés, sont prêts pour cette dernière ligne droite. Ils ont envie de décrocher quelque chose cette année et c’est l’ambition du club. Quand je dis quelque chose, c’est toucher à l’Europe et jouer des matchs de coupe d’Europe l’année prochaine.

Dans deux semaines, vous affronterez l'OL. Est-ce que le derby est déjà dans les têtes ?

On n’y pense pas là. On pense surtout au PSG. Le derby va venir après Sochaux et là on aura une semaine pour y réfléchir et préparer ce match. On avait cette ambition en début de saison, et on la garde, c’est-à-dire de faire aussi bien que l’année dernière et être européen. Si on est européen cette saison, je pense qu’on aura fait une bonne saison. Finir quatrième serait mieux que cinquième. Cela éviterait un tour préliminaire.

Même si Saint-Etienne a souvent accroché Paris ces derniers mois, le PSG semble intouchable et injouable en Ligue 1. Est-ce que l'ASSE craint ce déplacement dans la capitale ?

J’espère qu’on ne sera pas dans cette attitude avant le match parce qu’il ne s’agit pas d’avoir peur. Je sais qu’on a un groupe suffisamment costaud, qui a acquis une certaine expérience et qui est solidaire. Dans ce genre de match, il faut avoir beaucoup d’abnégation. Je sais que ces qualités, on les a. Mais il faut prendre du plaisir avant tout. Le plaisir de jouer ce genre de match. 

Que vous inspire la domination du PSG en France ?

Qu’ils soient dominateurs et qu’ils aillent au bout en Coupe d’Europe, cela me ferait plaisir. Mais en championnat, j’espère que ce ne sera pas le cas, comme en Allemagne en ce moment où le Bayern domine trop facilement. En Espagne, c’est un peu la même chose entre Madrid et Barcelone. En Italie il y a aussi la Juventus qui est vraiment au-dessus en ce moment. En France, les choses prennent cette tournure mais j’espère que les autres équipes vont rivaliser pour rendre le championnat attrayant. Sinon, ce serait un peu préjudiciable pour le football français et pour les spectateurs.

Considérez-vous que Paris, avec l'argent des Qataris, a perdu ses valeurs ?

Non, ce n’est pas si catégorique que ça. Je ne dis pas que le PSG n’a plus de valeurs. C’est un club qui est passé dans une autre dimension maintenant. Mais on peut lutter avec des valeurs, avec une politique complètement différente tout en gardant une certaine identité. L’identité… le PSG ne peut plus en avoir. Ce n’est plus possible. Quand je dis identité, je parle des jeunes qui arrivent très tôt dans le centre de formation du club, qui vont rester durant plusieurs années et qui vont composer une grande partie de l’équipe. C’est ça l’identité. Pour le PSG, ce n’est plus possible de travailler comme ça. Nous, on peut le faire. C’est pour ça qu’on travaille beaucoup et qu’on doit être hyper compétitif sur la formation.

A lire aussi :

>> Clément : « Etre ambitieux et décomplexé »

>> Ligue 1 : Insuffisant pour l’OM

>> L1 : ce qu’il faut retenir de la 29e journée

Propos recueillis par Edward Jay