RMC Sport

Seydoux : « Lille champion, mais pas tout de suite »

Michel Seydoux n'est pas pressé d'être champion de France

Michel Seydoux n'est pas pressé d'être champion de France - -

Leader à la fin des matchs aller pour la première fois depuis 1949, le LOSC ne s’enflamme pas. Pour son président, l’objectif n’est pas d’être champion de France. Pas cette saison en tout cas...

Michel Seydoux, êtes-vous pleinement satisfait avec cette première place de Lille à la trêve ?

On peut faire mieux. On peut toujours s’améliorer. On a eu de petits problèmes, notamment avec la qualité de notre pelouse. Mais je suis très heureux qu’on offre du beau jeu, que le spectacle soit au rendez-vous. J’ai compris une chose : si on marque plus de buts que l’adversaire, on a une chance de gagner. Le seul moyen, c’est d’essayer d’être au top en attaque. Les équipes qui viennent pour défendre, elles pourrissent le spectacle. Ce que je veux, c’est que les gens prennent du plaisir à regarder le football, que les joueurs en prennent sur le terrain. Et c’est communicatif.

Avez-vous désormais l’objectif d’être champion de France ?

Je pense que la régularité guide la performance. On sait très bien quels sont nos manques. Il y a de grosses écuries en face et les dernières journées se joueront au mental. Dire qu’on veut être champion, ce serait mal connaître le football. On a l’objectif d’être dans les cinq premiers. On a quelque chose à jouer, mais il faut qu’on reste dans nos objectifs. Il faut rester extrêmement prudent. On est une équipe en progression. On a l’ambition d’être champion, mais pas tout de suite.

Quelle part de la réussite actuelle attribuez-vous à votre entraîneur, Rudi Garcia ?

Lorsque j’ai pris la décision de le faire revenir et de me séparer de mon directeur général, j’ai pris la décision qu’il fallait prendre (ndlr : en juillet 2009, Rudi Garcia a été renvoyé avant d’être confirmé). Je suis très content de travailler avec lui. J’ai toujours travaillé dans la fidélité. J’ai fait six ans avec Claude Puel (2002-2008, ndlr). Pourquoi ne pas faire autant avec Rudi ? Ce qu’il fait est ce que je souhaite qu’il fasse. L’équipe offre du beau jeu, les joueurs prennent du plaisir. C’est l’ambiance du vestiaire qui fait qu’une équipe tienne toute la saison.