RMC Sport

"Si c'est pour sauver les clubs" et "les femmes de ménage, on le fera", la Ligue1 partagée sur les baisses de salaire

Face à la crise terrible qui frappe le foot français, des présidents vont tenter de négocier une baisse des salaires avec le syndicat des joueurs pro. Pas gagné.

"Si on doit le faire pour sauver les clubs et les personnes qui travaillent pour nous au quotidien que ce soit les femmes de ménage qui nous lavent le linge et bien s'il faut le faire, on le fera. C'est une année très compliquée et tout le monde doit faire des efforts donc s'il faut le faire, on le fera." A l'image du milieu de terrain de Reims Xavier Chavalerin, les joueurs de Ligue 1 ne sont pas hors sol et observent avec une certaine inquiétude la terrible crise économique qui frappe les clubs français. Le président de la DNCG estimait d'ailleurs plus tôt dans la journée que les pertes des clubs de L1 se monteraient à 800 millions à la fin de la saison, un gouffre inimaginable il y a encore un an et dont personne ne sait comment il pourra être combler.

Et puisque c'est le principal poste de dépense, la masse salariale, principalement celle des joueurs, est forcément visée. Mais en droit français il est impossible de baisser unilatéralement les émoluments d'un salarié et une délégation de présidents de Ligue 1 va donc tenter de négocier avec le syndicats des joueurs pro un accord global. 

Des discussions au sein des clubs ont déjà eu lieu à la fin de la saison dernière, rappelle le bordelais Paul Baysse. "L'histoire avec Mediapro n'arrange rien, la crise sanitaire non plus. On a passé une année 2020 compliquée et on la finit tristement. Quand en juin, on nous a demandé si on était prêt à faire des efforts financiers, je crois que c'était à titre individuel mais l'ensemble des joueurs a donné une réponse favorable pour aider le club. Bien sur, on est tous solidaires. Tout le monde est prêt à faire des efforts financiers. On est tous dans le même bateau. C'est pas simple mais la crise on la traverse tous. Moi personnellement oui, mais je pense qu'on sera tous capable de faire des efforts." 

Antonetti: "Vous allez perdre des joueurs si vous baissez le salaire des joueurs."

Mais pour Clément Grenier, il faut d'abord attendre de voir combien les clubs français vont récupérer du nouveau diffuseur avant de metre la main à la poche. "Les décisions des instances assez hautes ne nous regardent pas aujourd'hui donc on verra quand ce sera au moment d'échanger. Evidemment, il faut que le foot continue de grandir. Je crois que c'est fin janvier que les Droits TV seront décidés donc on verra à ce moment là."

Car ils sont plusieurs à pointer du doigt que si ils sont prêts à assumer les conséquences, les responsabilités ne sont pas partagées. 

"Qui a fait l'erreur Mediapro? C'est les joueurs ou les dirigeants? Faut trouver des solutions mais j'espère qu'ils ont d'autres idées...", lance l'entraîneur de Metz Frédéric Antonetti. "Tout est concevable mais je pense qu'il n'y a pas que cette solution. On n'est pas tout seul. On croirait qu'en France, c'est hermétique si vous dites à un joueur 'tu vas perdre 30%" et qu'en Allemagne, ils lui donnent la même chose et bien il va partir en Allemagne. On n'est pas tout seul au monde. Vous allez perdre des joueurs si vous baissez le salaire des joueurs. Moi je pense qu'il faut trouver d'autres solutions. La première, c'est de mieux diriger le football."

PK avec PYL et XG