RMC Sport

Sochaux (encore) en danger

Eric Hély

Eric Hély - -

Giflé à Nice (3-0) puis tenu en échec par Bordeaux (2-2), c’est un Sochaux à l’arrêt et relégable (18e) qui se déplace ce vendredi soir à Lille (20h30). Avec la ferme intention de confirmer son aptitude à faire tomber les gros. Mais pour cela, il faudra se réveiller…

Le cri de Cédric Bakambu. Le poing levé du buteur sochalien et sa joie devant les supporters sochaliens ayant fait le déplacement à Gerland, antre de l’Olympique Lyonnais. Le cliché a jauni, déjà, alors que ce succès de Sochaux ne date que de la fin du mois dernier. Et l’image reste rare, autant pour Bakambu (8 buts cette saison) que pour des Sochaliens n’ayant remporté que deux de leurs 11 dernières rencontres de championnat. Un rythme de relégable (quatre défaites et cinq nuls) des Lionceaux qui s’est traduit, au sortir du nul concédé à Bonal contre Bordeaux (2-2), par une place dans la zone rouge (18e). Rien de révolutionnaire pour une formation qui a été 16 fois cette saison au fond de la classe.

Mais à cinq journées du verdict final, la pression est tout autre. « Ça fait un an et demi qu’on a la pression. C’est sûr que ça chauffe un peu plus quand on approche de la fin, parce qu’on se dit qu’on aura moins l’occasion de se rattraper, concède Eric Hély. L’avantage qu’on a, c’est qu’on savait qu’on avait de grandes chances de se retrouver dans cette situation-là, à cinq matchs de la fin, donc ce n’est pas une surprise et il n’y pas de panique. » Vraiment ? « Il y a quand même de la préoccupation et une prise de conscience, finit par concéder le technicien sochalien. Tout le monde a envie de s’en sortir. »

Avec un point de retard sur Nancy et Evian-Thonon-Gaillard, Sochaux est loin d’être perdu. Mais la dynamique actuelle des Lorrains et des Haut-Savoyards interdit tout relâchement aux Doubistes, qui doivent gagner, absolument, pour espérer s’en sortir. L’opération sauvetage débute donc ce vendredi soir (20h30), sur la pelouse du Grand Stade de Lille, face à un membre du Top 5 de Ligue 1. Catégorie qu’a appris à apprécier Sochaux, comme l’ont prouvé ces succès cette saison contre le PSG, Lyon, Marseille ou Saint-Etienne. L’exploit est possible, à condition de réciter la même partition que face aux autres gros de l’Hexagone.

Hély : « On se sauvera ensemble »

« Ce genre de prestation doit devenir quelque chose de normal, insiste Eric Hély. Si on veut se maintenir, il faut que ce soit à tous les matches qu’on ait le même comportement, au niveau de l’agressivité, du don de soi, de la régularité… C’est indispensable. Il faut qu’il y ait ces ingrédients. Et après, ça peut tourner. » Face à Lille, une victoire relèverait tout de même de la mission impossible tant les signaux ne sont vraiment pas favorables aux Doubistes. Depuis le 20 janvier 2010, à Bonal (2-1), Sochaux n’a plus battu Lille en Ligue 1. Et les Lionceaux n’ont remporté aucun de leurs dix derniers déplacements dans le Nord (trois nuls, sept défaites).

Sacré défi que le 18e, à l’arrêt après sa défaite à Nice (3-0) et son nul face aux Girondins, pire attaque à l’extérieur (11 buts lors des 16 derniers matches), devra pourtant relever. « On a tout à gagner, rien à perdre, martèle Hély. Il n’y aura pas de sauveur : on se sauvera ensemble. Il ne faut pas que certains se disent qu’ils vont en faire plus pour sauver l’équipe, parce que ça risque de les faire déjouer. Il faut que chacun soit bien concentré sur sa tâche. Se prendre pour le sauveur, quelque part, c’est paniquer intérieurement. » Et pour le moment, à Sochaux, il est encore interdit de paniquer.

A lire aussi

Ligue 1 : L’équipe-type de RMC Sport

PSG : Leonardo éteint les rumeurs

Fernandez : « Ancelotti peut refuser le PSG »