RMC Sport

Sochaux, les cinq raisons d’y croire

Stoppila Sunzu et Hervé Renard

Stoppila Sunzu et Hervé Renard - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Alors qu’ils semblaient condamnés à la descente il y a un mois, les Sochaliens sont revenus à cinq points du premier non-relégable. Et ont de bonnes raisons de croire au maintien malgré un déplacement très compliqué à Monaco ce samedi (20h).

Un mercato bien négocié

Hervé Renard avait fait passer son message aux dirigeants sochaliens courant décembre et il a été entendu ! Avec cinq arrivées cet hiver (six si l’on y ajoute la signature de Pierre-Alain Frau fin septembre), Sochaux a réalisé le deuxième mercato le plus prolifique de Ligue 1 derrière Monaco. « Aujourd’hui, ce n’est plus la même équipe qu’avant Noël » reconnaît l’entraîneur doubien. Pelé, Sunzu, Marange, Sinkala et Jordan Ayew, tous arrivés courant janvier, ont gagné une place de titulaire. Et les résultats s’en ressentent : depuis le 25 janvier, les Sochaliens n’ont concédé qu’une défaite en six rencontres.

Une stabilité défensive retrouvée

Avant-dernière défense de Ligue 1, avec 48 buts encaissés, Sochaux a néanmoins retrouvé quelques gages de solidité ces derniers temps. « C’est primordial », martèle le coach. Dans les buts, Yohann Pelé a fait un retour réussi au haut niveau. Devant lui, le défenseur zambien Stoppila Sunzu, inconnu avant son arrivée en France, est une véritable surprise et a stabilisé la défense. Mieux, ses deux coups de boule décisifs face à Nantes (1-0) et Guingamp (1-0) ont rapporté 6 points ! A ses côtés, Carlao s’est montré solide, à l’image de son très bon match face à Bordeaux (2-0). L’arrivée de Florian Marange a également rééquilibré la défense côté gauche, tandis que Julien Faussurier a retrouvé son couloir droit de prédilection. Et enfin, « signe du destin » selon Hervé Renard, Sébastien Corchia a réintégré la maison sochalienne après son transfert raté à Lille. Résultat ? Sochaux n’a plus pris de buts à domicile depuis trois rencontres. A l’extérieur, cette solidité peine cependant à se concrétiser.

Bonal, terre du salut ?

On a coutume de dire que le maintien passe souvent par un bon parcours à domicile. Cela pourrait à nouveau se vérifier avec Sochaux. Au Stade Bonal, les Sochaliens restent sur quatre victoires en cinq matchs. Une bonne habitude qui avait grandement contribué à leur maintien lors des deux dernières saisons. Sans oublier qu’ils recevront six fois lors des dix dernières journées. « On peut se maintenir en gagnant tous nos matches à domicile et en ne prenant aucun point à l’extérieur », calculait Hervé Renard ce vendredi. Le championnat s’achèvera le 17 mai par la réception d’Evian, l’actuel premier non-relégable. Une finale pour le maintien ?

La force de l'habitude

Sur ses six dernières saisons, Sochaux s’est retrouvé quatre fois en position de relégable à trêve… et s’est toujours maintenu après des deuxièmes parties de saison parfois dignes de prétendants à l’Europe. Les Francs-comtois ont démontré par le passé leur capacité à réagir et à ne jamais lâcher. Un moral de combattant qui a grandement contribué à sauver leur peau ces deux dernières saisons sous la houlette d’Eric Hély. Certes, Sochaux n’a jamais été en aussi mauvaise posture que cette année (5 points de retard sur le premier non relégable au soir de la 27ème journée). Mais la dynamique actuelle et le moral des troupes entretiennent l’espoir.

Le moral est bon

Les Sochaliens y croient et c’est déjà pas mal ! A commencer par l’entraîneur Hervé Renard, qui s’est encore dit ce vendredi « convaincu » de se maintenir. « Peut-être que je peux me tromper, mais je ne pense pas… », a-t-il même insisté. Au soir de la victoire contre Guingamp, le 15 février dernier, on a vu l’attaquant Roy Contout lâcher à ses coéquipiers dans le vestiaire un : « Personne n’y croit mais on va le faire ! » Comme ces deux dernières saisons, les Sochaliens ont la tête dure. Le président Laurent Pernet a même promis de se raser la tête en cas de maintien de son équipe. « Alors je vais préparer la tondeuse », a taquiné Hervé Renard.

A lire aussi :

>> Comment Nantes va vivre sans transferts

>> Les bons et mauvais points de Laurent Blanc

>> L'actu de la Ligue 1

Jérémie Pignard